♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
Message♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Dim 11 Jan - 19:49
Après quelques événements plutôt intéressants pour son équipage, les Burning Pirats, la petite troupe se vue greffée d’un nouveau membre. N’ayant ni l’envie ni le devoir de porter un jugement objectif à ce recrutement de dernière minute, il n’en restait cependant pas moins un atout quant à la conquête des mers bleues. Son fruit faisait de lui un spécimen rare et intéressant, puisqu’après éclaircissement, Jon semblait apte à se régénérer après n’importe quel coup. Evidemment pour un sabreur de sa trempe, la tentation de le trancher pour admirer ceci le tourmenta quelques minutes mais il sut se retenir. Depuis son départ d’Ohara, Hannibal avait passé la plupart du temps propre à la traversée assis sur la proue du navire, analysant la métaphysique comme le paysage monocorde soumis à sa vision. La surdité lui apportait un calme méconnu de ses congénères hominidés et il n’aurait échangé cela contre rien au monde.

L’épéiste n’ayant jamais disposé de ce sens, la nature avait cependant bien fait les choses et dans son psyché particulier, chaque son détenant une correspondance, une mélodie, litanie silencieuse perdue dans les tréfonds d’un esprit poisseux, se remémorant de chaque carnage, chaque acte, qu’il fut bon ou mauvais. Certains étaient maudits à cause d’un agrume, pour Hannibal il en était tout autre. Sa mémoire était sa propre malédiction, fardeau volumineux et indélébile lui rappelant chacune de ses réminiscences. Toutefois solide et non friable, cela ne l’empêchait pas d’avancer vers un futur plus prometteur chaque jour, le destin ayant mis dans ce cas précis un nouvel allié sur sa route.

Le navire volé au mécréant plus tôt dans la narration fut une aubaine qui permit au trio de choc de s’aventurer plus loin sur West Blue et l’escale qui vint ensuite fut une île nommée Las Camp qu’Hannibal n’avait jamais eu l’occasion de visiter préalablement. Une fois arrivés dans les eaux entourant le monceau de terre, le Yaken et son nouveau nakama posèrent pied à terre, bien loin du port. Comment auraient-ils pu payer la taxe maritime, leurs poches étant trouées ? Le capitaine ayant à faire de son côté, c’est notre second qui fut assigné à la garde de Bones, qui avait l’air d’être quelqu’un d’impulsif et turbulent inversement à lui. Calculant qu’il ne réitérerait pas son acte irréfléchi sur l’île victime du Buster Call bien que l’adversité ne soit pas une inquiétude pour lui, faute à un ego un peu trop développé, il espérait néanmoins de lui un minimum de réflexion. D’abord confrontés à de la végétation de de longues étendues désertes, il ne fallut pas longtemps aux Burning pour apercevoir ce qui semblait la civilisation dans toute sa splendeur. Le trajet ne fut pas animé, Hannibal ne soufflant ni mot ni mimique.

S’ils étaient ici, c’étaient pour se fournir en vivres et autres magots propres aux pirates, le Second essayant de s'imaginer ce qui pourrait bien valoir la peine d’être chapardé dans ce qui semblait une ville animée par le chaos lui-même, les ficelles de bien trop de pantins pour qu’il les comptabilise s’agitant à un rythme frénétique. Il eut vite une réponse à son interrogation en voyant le type d’endroit où il avait atterri. A peine arrivés à destination ils furent sollicités par des filles de petite vertu et autres aborigènes vendeurs de camelotes diverses. Il se contenta de se montrer sourd à leurs appels, passant pour suffisant et hautain, ce qu’il était parfois sans même le vouloir.

Une fois avoir traversé les petites ruelles, leurs pas les menèrent au centre-ville, bondé d’une population de gens distincts. Des riches et des moins fortunés, mais surtout une animation constante. De là où ils étaient, Hannibal put apercevoir plusieurs enseignes de casinos, ce qui lui arracha un rictus plein de sous-entendus. Il tourna le faciès vers celui de son nouveau collègue à quelques pas de lui, lui faisant signe de l’index que commencer dans cet établissement serait une bonne chose. Sans attendre le moindre acquiescement verbal ou physique, ses talons tournèrent donc vers l’endroit qu’il estimait propice à être délesté de quelques milliers de berry’s.

Pénétrant à l’intérieur sous le regard pesant d’une unité de marins plus occupés par jouer leurs payes plutôt que de faire régner l’ordre, le dénommé Hannibal jaugea les possibilités. La place était gardée par toute une unité de gardes et d’officiers. Plusieurs personnes jetèrent des regards inquiets sur le sabre à sa ceinture qu’il ne releva pas, trop occupé à chercher quelconque brèche dans laquelle s’engouffrer. Une idée raisonnable lui vint et talonné de peu par son confrère il s’approcha d’une machine à sous un peu plus grosse que les autres, à l’écart.

S’adossant à cette dernière, il joignit à ses lèvres une cigarette après en avoir proposé une à Jon puis l’alluma, inspirant longuement avant de frapper de la garde de son sabre cachée par son corps l’une des plaques d’acier, ce qui émit un bruit de métal s’entrechoquant sans grands résultats. Ce genre de choses devaient être prévues et il faudrait sûrement s’y mettre de façon plus musclée pour extirper le moindre sous au dirigeant de la localité.

* Je vois qu’on n’me laisse pas le choix. Et moi qui voulais faire les choses bien, on dirait qu’il va falloir agir de façon plus brutale. *

Jetant au sol ce qui restait de son tube de tabac à moitié consumé, sa main gauche s’entremêla avec sa garde et d’un chassé magistral il fit voler la partie en plastique, l’argent s’écoulant de la fente comme un serpent trop longtemps maintenu en cage. A ce qu’il put voir, son ami en était déjà à sa deuxième machine. Sans les connaître, on aurait pu croire à de simples vandales, les deux hommes ne s’arrêtant même pas pour récupérer leurs gains. Pendant ce temps-là, l’agitation avait pris le pas sur la salle comblée et beaucoup de clients prirent la fuite. Il ne le savait pas, mais Hannibal avait choisi de dépouiller la mauvaise personne. Il put lire sur quelques paires de lèvres ‘ils vont se faire tuer’, ‘sont-ils fous ?’ et autres joyeusetés qui ne l’effrayèrent pas le moins du monde. De toute façon, le mal était fait et s’il fallait se battre pour ces richesses dont il n’avait au final pas grand-chose à faire, il était leur homme.

Sabre à peine dégainé de son écrin dans un cliquetis de métal, il était prêt à en découdre avec les forces de l’ordre jusqu’à que lui et son coéquipier soient encore les seuls en lice. Grandiose et malfaisant, ce jour serait à marquer d’une pierre blanche pour Las Camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Dim 11 Jan - 20:49
Le colosse n’aimait pas du tout la mer et il aimait encore moins être sur un bateau de quelques mètres seulement de diamètres en plein milieu de l’océan. C’est pourquoi, Jones ne bougea pas d’un cil pendant la traversée. Il avait rejoint un drôle d’équipage il fallait le dire. Le capitaine était assez … Bizarre et le second était sourd. Une drôle d’équipe il fallait le dire, mais une équipe sympathique. Puis les mots du capitaine et leurs buts ont complétement conquis l’ancien Assassin. C’est ainsi qu’ils arrivèrent tous ensemble sur une île nommé « Las Camp ». Un nom que Jon trouvait assez bizarre, mais qu’il ne releva pas directement. Pas d’argent en poche, le ventre complétement vide, l’équipage n’est pas aller directement au port car ils n’avaient pas de quoi payer la taxe. Ils s’étaient donc trouvé un petit endroit et avaient laissés leur bateau pour partir à l’aventure. Ils se séparèrent directement. Le capitaine alla tout seul régler deux trois choses et Jones partit directement avec son second. Les deux commencèrent alors leurs marchent en direction de la ville et à la grande surprise général, car « Bones » doutait qu’Hannibal était déjà venu sur cette île auparavant, ils trouvèrent une assez grande ville. C’était plein de lumière, très peuplés et le petit plus qui fait toujours plaisirs, il y avait de la gonzesse. C’était un peu le paradis pour un homme comme Jones, un ancien assassin qui avait vécu retranché dans un temple toute son enfance. Il se retourna les yeux plein d’étoiles et la tête pleine de rêve vers Hannibal et ce dernier montra une grande enseigne de l’autre côté de la ville. Ils étaient tout de suite tombé d’accord, il fallait dire ce qu’il en était. C’était parmi tous les casinos présent dans cette ville, le plus beau, le plus grand et celui qui avait surement le plus d’argent.

C’est pourquoi c’était leur première direction. L’équipage avait besoin d’argent et il fallait en trouver par tous les moyens. Ils n’étaient pas de ces personnes qui respectaient la loi ou autre, s’ils voulaient quelques choses ils le prendraient sans hésitation. La gentillesse sur les mers n’existait pas et ils le savaient. C’est ainsi qu’ils se retrouvèrent à l’intérieur du casino en question. Ils cherchèrent alors directement un moyen rapide et clair de faire de l’argent et les machines à sous étaient la meilleure des solutions. Il restait maintenant à faire en sorte de ne pas attirer l’attention … Ou pas d’ailleurs. Jones n’était pas de ces hommes discrets qui étaient complétement muet ou encore complétement froid. Il était quelqu’un d’amical, assez bavard et qui aimait plaisanter. C’est pourquoi, lui demander de passer inaperçu dans un casino comme celui-ci n’était pas chose aisée et ça, Hannibal l’avait sûrement compris. Le second, parlons-en. Il s’approcha des machines à sous pour discrètement taper dessus avec son épée. Jones rigola bien fort avant de le regarder bizarrement et lui dire, sans la moindre retenu, que c’était comme ça qu’il fallait faire. Il s’approcha alors lui aussi de la machine à sous et … BAM ! Coup de poing surpuissant en plein dans le fer qui le plia complétement. Plein de pièce commencèrent à tomber et, toujours le sourire aux lèvres, Bones commença à ramasser les pièces au sol. Il fit ça pour quelques machine avant de lever la tête et de voir le duo complétement entouré par les hommes de la sécurité de ce casino. Jones regarda instinctivement Hannibal et il comprit dans son regard qu’il fallait y aller.

« Bon les mecs, je vous explique le topo. Mon pote là, c’est un fou. Il est complétement taré. Il est sourd et une fois je l’ai vu manger les oreilles d’un mec en plein combat … Enfin voilà quoi. Je serais vous je lui chercherais pas des noises. » L’un des membres de la sécurité répliqua directement en disant que le duo ne savaient pas qui ils étaient en train de voler aujourd’hui. Il ajouta aussi que les deux avaient signé leurs arrêts de mort et qu’il n’y aurait aucun passe-droit, aucune clémence pour eux. La mort allait s’abattre sur eux ici et maintenant. « Tu sais que t’es drôles toi ? T’as devant toi les BURNINGS PIRATES ! » Aucune réaction sur les visages des membres de la sécurité. Personne ne semblait connaitre l’équipage, enfin pas pour le moment. « Je suis Jon Jones, mais appel moi « Bones ». Lui avec sa tête de con c’est Hannibal D. Phantom. Et non je t’arrête tout de suite, ce n’est pas un fantôme. Bahahahaha. » Le pirate éclata directement de rire avant de foncer dans la foulée sur un des membres de la sécurité. Il lui attrapa directement la tête et l’écrasa au sol d’une main avant de se relever en attrapant un de ses collègues par les jambes pour le faire chuter. Une fois au sol, Bones changea rapidement de position avant d’assommer son adversaire avec un coup de genou directement en pleine tempe. C’était un peu trop facile pour les deux hommes, mais les choses ne venaient que de commencer. C’est ainsi qu’il releva la tête et vit directement son coéquipier se battre à côté de lui. Un des mecs de la sécurité était en approche furtive derrière lui et allait directement l’attraper. D’un geste rapide, il se releva et instinctivement esquiva les coups pour se faufiler derrière son coéquipier et plaquer l’adversaire qui allait le toucher au sol ! De là, il effectua une clé de bras et d’une pression lui cassa le bras ! C’était d’une violence rare et le sourire carnassier habituellement présent sur le coin des lèvres de Bones réapparut.

Il se releva doucement avant de regarder autour de lui. Il vit une femme assez jolie partir en direction de la sortie en courant et lança comme ça. « Appel moi chérie, c'était une joie d'avoir passer ces quelques minutes ensemble. » Les membres de la sécurité n’attaquaient plus du tout. Pourquoi ? Réponse simple : La marine. Le gouvernement était donc présent sur cette île … Ce n’était pas bon. Bones et Hannibal étaient dos à dos, mais ils pensaient de la même façon. Ils allaient se battre jusqu’au bout et mourir en homme libre s’il le fallait. C’était une certitude.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Lun 12 Jan - 0:14
Cette atmosphère constituée de fragrance diverses, de la fumée de cigare aux muscs des bourgeois quittant la pièce lui semblait climat propice à montrer au monde la sauvagerie dont un de leur comparse pouvait faire preuve. Il n’était certes pas le plus puissant sur cette île, mais il restait un outsider à ne pas sous-estimer, ce que fit visiblement la direction en envoyant quelques chimpanzés tout juste bon à sortir ses poubelles. C’est ce qu’ils étaient tous pour lui, un ramassis de fourmis insignifiantes sur lesquelles il marcherait sans haine aucune pour arriver à ses fins.  La situation allait devenir explosive, c’est tout ce qui comptait pour l’instant. Brisant quelques machines en attendant que leurs opposants se donnent la peine, ils finirent par former un cercle grossier autour des deux forbans. Aucun des Burning Pirates ne parut pourtant effarouché par l’attroupement, Jon allant même jusqu’à se mettre à leur parler, ce qu’il put comprendre en lisant sur ses lèvres. Entendre parler de cannibalisme avec le reste de son discours lui arracha un ricanement narquois que les hommes de mains prirent pour confirmation. Les présentations faites et l’âme encombrée de fierté à l’appellation de son nom d’équipage. Les hommes de mains essayèrent de les avertir, élucubrations qui n’eurent encore une fois aucun effet. Après une raillerie quant à la similitude de son nom et celui de l’état post-mortem accompagnée par un rire du Phoenix qu’Hannibal aurait qualifié ‘d’entraînant’, la mêlée générale se forma.

Pendant que Jon fendait l’air en direction des adversaires à une vitesse honorable, notre sabreur sourd n’en demandait pas moins que se joindre à lui dans une danse macabre. Sortir son couteau semblait une bonne humiliation mais vu leur nombre toujours plus croissant, la sagesse l’emporta et Shûshui brilla à l’air libre, libérée de sa camisole. Ses sens s’affûtèrent et d’un mouvement de cheville il se retrouve à hauteur du crâne d’un quidam, son bras ne tardant pas à suivre en s’abattant sur lui, l’acier crissant sur l’os de sa boîte crânienne. D’un poids peu commun, la lame pouvait infliger des dégâts inattendus qui laissèrent ce pauvre homme éborgné sur ses rotules. D’un mouvement circulaire il para une lame se dirigeant vers ses vertèbres et la dévia pour que la sienne finisse à l’emplacement de son cœur, son thorax se tintant de carmin. Plantant la pointe de sa donneuse de mort dans la jugulaire de l’impétueux laquais, il sentit de l’animation derrière lui, ce qui n’était rien d’autre que Jon, occupé à briser méticuleusement le bras d’un homme ayant voulu frapper son angle mort. Phantøm prit appui sur le blessé sans une once de respect et d’un mouvement agile, coupa la main qui pointait un revolver sur le pirate en train de se relever. Au moins, ils étaient quittes pour l’instant, même si la situation présageait qu’ils allaient devoir coopérer encore et encore pour se frayer un chemin hors d’ici.

Le sabre encore suintant du liquide vital de ses récentes victimes, adossé au combattant martial, tout n’était que quiétude, son rythme cardiaque n’ayant pas grimpé d’un battement. Il semblait maître de lui-même, disposant d’une emprise sans faille sur la réalité, le métal dans sa main restant le seul à dévoiler quelconque émotion. Tout ceci était plutôt théâtral et les acteurs principaux n’étaient pas encore rentrés en scène, il le savait. Ce hors-d’œuvre piteux avait pourtant réussi à éveiller une appétence toute particulière chez lui et bien qu’un semblant de calme se soit disséminé, la situation allait s’aggraver puisque les troupes de ce qui semblait la base Marine de l’île s’agitèrent en pénétrant dans la maison de jeux. Tout au plus un adjudant un peu frileux qui ne ferait pas long feu se dit-il, ses prunelles noir charbon fixant la scène dépeinte à la lueur de son ‘pinceau’. Avant qu’ils n’aient pu entreprendre quelconque formation de tir, Hannibal s’était déjà jeté sur eux, suivi de peu par son équipier.  

La petite troupe n’était pas de taille et il fallut peu de temps au duo pour élaguer leurs rangs. Ils frappaient pour tuer tandis que les pauvres deuxième-classe se contentaient d’essayer de survivre dans le morbide de la situation. Une fois la masse du troupeau renvoyée paître, s’en tirant avec tout au plus quelques éraflures, une ombre particulière attira son attention. Au fond de la salle, deux hommes venaient d’égorger l’un des gardes auquel Jon avait cassé un bras. C’était donc le prix de l’échec en ces lieux...

Une fois leur méfait accompli, la majorité des troupes et de la sécurité restante se liguèrent derrière ceux qui paraissaient s’ériger en leaders. L’un était blond et muni du même genre de dog tag que lui, quant à l’autre son imperméable et son cigare l’aurait fait passer pour un enquêteur du dimanche. Pourtant, Phantøm éprouva une certaine méfiance envers eux qui lui chuchota de bien jauger ces hommes avant de tenter quoi que ce soit. Il fit signe à son partenaire de marquer une pause.

« On dirait que deux connards veulent s’attaquer au gagne-pain du boss. En plus de ça vous avez fait un sale trou dans les effectifs. Faut croire qu’ils le méritaient. » L’homme à la veste de cuir sourit en révélant ses dents jaunes mordant dans la fin de son cigare, tandis que l’autre blondinet semblait dégainer deux revolvers, chacun ayant six coups. L’autre se contenta de serrer ses poings gantés, bien qu’une crosse en ivoire dépasse de sa ceinture. Le reste recula alors, comme s’ils savaient à quoi s’attendre. « Au prix où j’suis payé, j’peux bien vous faire sauter la cervelle, c’sera avec plaisir shihihi. » rajouta l’homme qui ressemblait fortement à un marine, pointant un canon sur chacun d’eux. Hannibal fit craquer sa nuque tout en regardant Jon, désignant d’un doigt accusateur l’homme au gilet pare-balle, pour ensuite le rabattre contre sa propre poitrine. Il n’était certes pas doué en langage des signes, mais il lui faisait confiance pour comprendre ces derniers. Après tout ils étaient deux et eux aussi, c’était donc tout naturel de partager le travail. Derrière son adversaire potentiel, un homme étrange ignorait totalement les Burning Pirats pour préparer ce qui semblait un gâteau. Il haussa un sourcil à sa vue et déclencha immédiatement un mouvement sur le côté pour esquiver une potentielle balle qui se logea dans le mur derrière lui. La salle était désormais presque vide, à l’exception des deux duos et d’une petite dizaine de larbins admirant un spectacle qui allait bientôt les dépasser.

* J’vais devoir me battre sérieusement. *

Adossé dans un angle, il jeta un dernier regard à son compère, lui faisant confiance pour sa part du job et se concentrant sur la sienne. Shûsui toujours dégainée, il prit alors de l’élan dans la pièce spacieuse, s’appuyant sur une table de Black Jack pour attaquer par les airs, sa lame étant contrée par le canon de son revolver. Il eut à peine le temps de sortir de son rayon d’action qu’une balle de gros calibre traversa l’air pour la deuxième fois de la journée. Il aurait pu être désorienté par le bruit à quelques mètres seulement du bout du sillon, mais il n’en fut rien et après un ricanement audible, la Bête érafla sa main en se retirant de son corps à corps, la pointe de son épée dirigée vers un des orbites oculaires de Mask. L’adrénaline faisait l’effet d’une bombe et plus vivant que jamais, il ne comptait pas partir d’ici sans la tête de cet énergumène.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


« Run but you can't hide: white flags
You can pull em out fast and tell me your last goodbye
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Lun 12 Jan - 2:18
Comme dans l’antre du diable, les cadavres s’empilaient les uns sur les autres. Ce lieu si paisible lors de l’arrivée des deux pirates dégageait aujourd’hui une rage et une violence hors du commun. Nos deux protagonistes savaient transformer un lieu accueillant en quelque chose de lugubre. Le sang avait complétement repeint les mures aux alentours. Hannibal venait de finir d’envoyer plusieurs âmes damné au purgatoire tandis que Jones, moins dans la subtilité, finissait d’écraser le faciès d’un des marines avec ses bottes Timberland. Aucun d’entre eux, après ça, n’osait attaquer et c’était compréhensible. Les deux colosses membres des Burnings Pirates étaient des hommes dont l’imprévisibilité avait été prouvée et puis il ne restait quasiment aucun marines sur ses deux jambes.
Bones leva ensuite la tête en direction de son équipier avant d’apercevoir au fond de la pièce deux hommes sortirent de l’ombre tout en s’approchant. L’un était blond, deux pistolets accrochés à la ceinture et l’autre portait un chapeau de mafieux et un gilet par balle sous son long manteau. Les deux hommes semblaient être les leaders de cette bande de joyeux lurons. La preuve de cette hypothèse apparut au moment où l’un d’eux exécuta de sang-froid l’homme de la sécurité auquel Jones avait cassé le bras quelques secondes auparavant. Une chose était sûre, c’est que les deux compères n’étaient pas présents pour jouer aux cartes et qu’Hannibal et Bones allaient devoir les affronter. Notre protagoniste tourna la tête en direction de son coéquipier et il comprit vite, même s’il ne parlait pas, qu’il voulait affronter l’homme au chapeau. « Tss, tu choisis toujours le plus facile. La prochaine fois je me tape le mec avec un chapeau. » Le colosse bougea ensuite instinctivement. Sa vitesse était pure et son style bourrin était repérable assez facilement. Il ne pouvait le nier pourtant, c’était un combattant pur et renier son style était impossible.

En face de lui, son adversaire avait dégainé ses pistolets depuis un moment et avait commencé à tirer. Plusieurs balles avaient frôlés le corps musclé du basané, mais ce n’est qu’au moment où il sauta derrière une des rares machines à sous encore debout pour se protéger des projectiles, qu’il sentit une douleur intense au niveau de son épaule. Une balle venait de se loger dans le creux de son épaule, juste en dessous de sa clavicule. Si la douleur était présente, Jones savait qu’il allait guérir de ça en quelques minutes voir même secondes.
D’habitude très bourrin et direct, il savait qu’aujourd’hui il n’avait pas le choix. Il devait trouver un moyen de combattre un homme qui avait fait des pistolets son arme principale car il ne pouvait pas guérir quand il le voulait. Certaine blessure profonde ou bien placé pouvaient prendre assez longtemps avant de guérir complétement. La prudence était donc de mise dans ce genre de situation et même une tête de mule comme Jon était au courant. Il courut alors dans la direction opposé de celle où se trouvait son adversaire. Prendre de la distance était un moyen de voir si l’homme qu’il avait aujourd’hui l’occasion d’affronter était un fin tireur ou non. La réponse arriva directement lorsque, alors qu’il avait sauté pour esquiver un tire bien placé au niveau des jambes, une autre balle se logea dans sa cuisse. Heureusement pour lui, il était non loin d’une table de Black Jack et réussi à se hisser jusqu’à derrière elle et se retrouva cacher à la vue de son adversaire. « Fils de pute … Je vais t’enculer avec tes flingues, tu vas voir ! » Inerte avec deux balles dans le corps, le Phoenix pria pour que le pouvoir de son Fruit du démon l’aide mais en vain. Il essaya tant bien que mal de se concentrer, mais rien. Aucune flamme bleue ne voulaient apparaitre pour refermer les plaies qu’il avait sur le corps.  

Il n’eut d’autre solution que d’introduire son doigt directement dans la plaie pour y extirpé la balle fautif à l’ origine de tant de douleur. Ce n’est qu’après ça que le pouvoir du Phoenix apparut pour refermer la plaie. Donc, il devait lui-même enlevé les balles qui se logeaient dans son corps car il ne maitrisait pas encore les pouvoirs de son fruit. Chose difficile à faire quand on est en plein combat face à un adversaire qui vous tire dessus en rafale. Jones devait trouver une solution et vite pour éviter de se faire toucher par les balles tout en s’approchant au maximum du blondinet. C’est alors qu’après avoir arraché la deuxième balle de son genou et complétement guéris, qu’il se releva et attrapant la table de Black Jack par les pieds et la leva horizontalement face à son ennemie avant de se mettre à avancer vers lui tout en restant derrière cette dernière. Il fallait quelque fois improviser et c’était la seule chose qu’il avait sous la main pour se protéger tout en avançant. Plus le combat était rude, plus Bones était motivé pour vaincre son adversaire. Une fois arrivé en a quelques mètres du blond, il profita d’un moment où ce dernier rechargeait ses pistolets pour envoyer un coup de pied violent en plein dans la table pour qu’elle vienne le frapper de plein fouet. Chose qui n’arriva certainement pas car ce dernier avait grâce à ses réflexes esquivé le coup.
C’était sans compter sur l’esprit combatif de Jones qui enchaina directement avec un plaquage violent qu’on n’apprenait plus dans les écoles. Il avait pris son adversaire directement aux jambes pour lui éclater l’arrière du crâne contre le sol et par la même occasion lui faire lâcher ses armes à feux. « Mange ça Lucky-Luck ! » Des mots que Bones chuchota à l’oreille de son adversaire tout en lui envoyant une droite en pleine mâchoire. Beaucoup auraient abandonné le combat dès lors qu’ils auraient vu Jones en position de force au sol comme c’était le cas à présent, mais le blond ne fit rien de tout ceci. Il sortit un pistolet d’un étui caché en dessous de son jean et tira à bout portant sur le membre des Burnings. Heureusement que ce dernier eut le reflexes de bouger quelques peu, sinon le coup se serait directement se loger dans le cœur au lieu de transpercer les cotes comme il vient de le faire.

Malgré la douleur extrême et intense, Jones profita du temps que le Cow-Boy prit pour se remettre debout et ramasser son arme pour aller se cacher derrière la machine a outil de tout à l’heure. Les rares hommes de mains encore debout regardaient le combat avec envie. Ils étaient complétement prit par le déroulement des évènements par les deux combats qui faisaient rage à l’intérieur du casino. Bones retirait doucement la balle loger entre ses cotes avec ses doigts tandis qu’il tentait de réfléchir à un futur plan génial pour s’approcher une fois encore d’un homme qui tirait dès qu’il voyait ne serait-ce qu’une partiel de sa tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Lun 12 Jan - 17:29
Toujours dans la salle de jeu où la situation avait changée du tout au tout, les profits furent changés en pertes, étalés sur le sol vulgairement tandis qu’un combat tout autre débutait. Les larbins avaient péris et la direction avait décidé d’envoyer des personnes plus aptes à ce genre de tâches. Après la première passe d’arme, Hannibal avait saisi l’importance de ne point sous-estimer son nouveau Némésis, bien qu’il ne soit pas effrayé par le fait de perdre. Comment aurait-il pu être le bras-droit du futur seigneur des pirates s’il faiblissait contre un simple homme de main à quelconque mafieux peu recommandable ? Parangon de détermination, il resserra l’emprise de ses doigts mouillés du sang de ses délits sur la garde d’Eau Automnale, prêt à user de son art dans le but clair d’ôter la vie.

Carpone était confiant malgré l’éraflure subite, considérant sûrement Hannibal comme l’un de ces sabreurs à la petite semaine, tout juste capable de faire tomber une tête s’il frappait de toute sa force. Il paraissait hautain, ce qui le fit sourire tandis qu’il se jetait encore une fois à sa gorge, une balle traversant sa chemise blanche immaculée en amochant son bras. Le sang s’échappa de la plaie sans grande gravité et le Second ignora la douleur, trop concentré à scruter les mouvements de son duelliste et les facteurs extérieurs à ce dernier.

Bien qu’il ne soit en possession d’aucune arme blanche, l’autre homme semblait doué pour éviter sa lame à l’aide de mouvements agiles et précis, le petit jeu durant quelques secondes avant que la riposte ne se fasse sentir. Un uppercut plutôt violent heurta ses côtes de plein fouet, son corps repoussé brisant quelques constructions de bois traînant sur le champ de bataille. Se relevant, n’ayant toujours pas lâché prise sur son précieux Meitou, il poussa un soupir de lassitude et plissa les yeux, toujours en face de Mask Carpone, ce dernier l’attendant simplement en garde comme tout boxer digne de ce nom. Avait-il abandonné l’idée de lui trouer la peau ? Ou peut-être était-il si sûr de lui qu’il pensait que ça suffirait contre lui. Après tout il n’était connu de personne et on aurait pu le confondre avec n’importe quel autre mortel sans spécificités. « Eh Bellu, pourquoi c’est moi qui me tape l’handicapé ? Il sait se battre autant qu’il sait parler et entendre, bouhéhéhéhéhé. »

Ayant tout à fait compris ses propos, il ne sembla pas réagir. Son faciès resta dépourvu d’émotions vives, seul un profond calme transparaissant du spadassin taciturne qui fondit encore une fois sur sa proie, cette dernière ressortant d’un geste brusque son revolver. Il put voir son doigt actionner un mécanisme et le bretteur comprit vite qu’il ne pourrait pas esquiver s’il s’agissait d’une rafale. Lame en première, il dut utiliser sa technique de parade pour dévier les balles qui finirent logées dans le crépi alentour. Une fois dans son champ d’action habituel, l’homme para à son tour quelques fois la pointe de sa lame avant de lancer sa main fermée au visage du Yaken. Il encaissa le coup encore une fois mais le sien toucha aussi, ébranlant le colosse à la veste de cuir par une incision assez profonde à la cuisse droite.

Le choc le renvoya encore une fois un peu plus loin dans une direction différente et il eut loisir de voir son nouveau nakama aux prises avec celui nommé Bellu. Il s’opérait visiblement lui-même en enlevant les balles à l’aide de ses doigts, choses honorable en plein milieu d’un combat. Reprenant pied dans la réalité, il fit craquer sa nuque d’un mouvement rapide et mit une clope à sa bouche dans l’irrespect le plus total. Son adversaire semblait vouloir attendre qu’il vienne de lui-même, ce qui l’étonna. S’il voulait qu’Hannibal relance l’assaut, il allait être servi. Assez échauffé, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer. Fléchissant ses jambes, il rengaina son arme dans le réconfort de son fourreau puis il sourit à son interlocuteur de tantôt, son corps s’adaptant à une position féroce et preuve d’une soudaine accalmie dans le même temps.

Il allait utiliser son enseignement poussé pour la première fois depuis bien longtemps, lassé de la gueule de ce pathétique sous-fifre. Dans un mouvement qui dut sembler invisible à Mask, sa main dégaina alors Shûsui pendant son acheminement véloce, la lame ne sortant de l’écrin que pour trancher la peau et le muscle, avant d’y revenir sous peu. Se retrouvant derrière lui, le souffle court, il fallait avouer que utiliser le Iai avec une lame si lourde relevait de l’exploit pour le phénomène qu’il était. Son Kuritikaruhitto avait fait mouche et c’est sur la poitrine de l’homme que s’afficha la voie de Phantøm, dans ce rouge écarlate lui étant si commun.

Toutefois il fut surpris de voir en se retournant que ça n’avait pas suffi et alors qu’il sautait vers lui, l’imaginant affaibli ou au moins assez mal en point pour être achevé, le contre ne se fit pas attendre. Son estomac fut victime de ce qui sembla un coup de marteau, qui l’envoya voler dans le mur le plus proche. Avant qu’il n’ait le temps de se relever, une balle vint se loger dans son tibia, lui arrachant une moue de désarroi. Ne perdant pas une minute, il se releva, arracha une partie de la veste d’un homme inconscient encore au sol, qui avait sûrement amorti sa chute, s’en fit un bandage de fortune puis retourna à l’assaut vers celui qui courait maintenant en sa direction.

La plaie qu’il avait causée n’allait pas s’arrêter de saigner et si Mask ne se dépêchait pas pour recevoir des soins, il allait sûrement perdre bien trop de liquide sanguin. De toute façon, Hannibal ne comptait pas le laisser aller où il le désirait et la jambe chancelante de sa blessure qui n’avait visiblement pas touché l’os, il était prêt à jouer avec lui le dernier round d’un combat loin d’être gagné d’avance.

* Comment j’ai pu m’faire toucher aussi bêtement par ce sac à merde.. *

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


« Run but you can't hide: white flags
You can pull em out fast and tell me your last goodbye
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mar 13 Jan - 2:00
La douleur était bien présente, comme si la corne d’un Cornu venait de pénétrer au travers des cotes de Jones. Le sang coulait à flot tandis que doucement, avec l’aide de son pouce et de son index, le pirate retira la balle avant de jeté plus loin derrière en direction de son adversaire. C’était moins une, il fallait qu’il fasse très attention à l’avenir car il ne maitrisait pas tout à fait son fruit et sortir de sa cachette ferait de lui une cible parfaite pour un tireur expérimenté comme Bully. C’est pourquoi, il restait caché derrière sa machine à sous sans bouger le moindre doigt. Pourtant, son adversaire n’était pas un imbécile et il était encore moins tombé de la dernière pluie. Il avançait doucement dans sa direction, pas après pas, sans faire de bruit.
Jones était en train de guérir de sa blessure a la cote quand son adversaire apparu directement sur sa droite et tira directement dans sa direction. Les balles atteignirent de plein fouet leurs cibles. Elles étaient au nombre de trois, mais un réflexe sauva le pirate. Alors qu’il vit son ennemie apparaitre sur sa droite, il eut le réflexe de se protéger instinctivement le corps avec son bras et ce même bras devint instinctivement une aile enflammée. L’aile protégea complétement Jon qui était recroquevillé en dessous. L’ancien assassin rouvrit les paupières et n’en crut pas ses yeux. Il était complétement inerte sous un manteau de flamme bleu ! Même son adversaire n’en croyait pas ses yeux. Il perdu temps et contempla cette aile bleu sans tirer et par réflexe, Jon bougea et couru dans la direction opposé. Son bras était complétement redevenu normal. Il ne contrôlait pas encore parfaitement son pouvoir, mais il était assez fier et content de savoir qu’il pouvait faire ça. Transformer une partie de son corps seulement en Phoenix allait lui servir dans le futur s’il s’avérait capable de contrôler cette transformation.

C’est ainsi qu’il passa difficilement la porte d’entrée du Casino. Il n’a pas pris la peine de prévenir son coéquipier de son départ, il savait qu’il avait sûrement fort à faire lui aussi avec son adversaire. Puis, il ne partait pas. Il tentait seulement de trouver un moyen de battre un homme qui ne s’approchait pas de lui pour combattre et lui tirait dessus à chaque fois qu’il tentait, lui, de s’approcher. C’était ainsi depuis plusieurs minutes. Depuis le début du combat entre les deux hommes à vrai dire. Deux styles de combat opposés, un combat assez ennuyant mais plein de rebondissement dans les moments clés. Et c’était un moment clé justement. Caché derrière une poubelle dans une rue conjointe, Jon attendait sa proie. L’homme qu’il combattait était assez intelligent. Il savait que Jones n’avait pas d’autre point fort que le combat rapproché, donc il gardait bien gentiment ses distances. C’était sans compter sur la faculté, d’habitude cachée, de reflexion du pirate ! Alors que les bras de son adversaire dépassèrent un peu de la ruelle, il envoya un violent coup de poing en plein nez et frappa successivement les deux flingues pour les faires chuté au sol !
Malgré la perte de ses deux armes, Bully n’en demorda pas et envoya un coup de tête puissant en plein nez dans le nez de Jones ! Un combat de charognard s’entama donc, un combat où le membre des Burnings pirates aurait dût avoir le contrôle total. Mais voilà, ce n’était pas si simple que ça. Bully sortit une arme blanche de sa poche et le combat devenu d’un coup plus équilibré. Les coups étaient rapides et vicieux. Il visait directement les points vitaux.

Il avait vite compris que vider de son sang le Phoenix des Burnings étaient complétement impossible. Quand comprendrait-il que le combattre au corps à corps l’était tout aussi ? Pour preuve, le coup de couteau visant directement le foie de Jones fit directement bloqué, mais c’était sans compter la force physique de Bully ! Bones n’était pas en bonne posture, il devait se réveiller et vite ! Voyant qu’il ne pouvait pas bloquer l’énorme force physique de son adversaire du jour, il recula instinctivement le buste pour laisser passer le coup de couteau tout en se laissant érafler exprès. Des flammes bleus apparurent alors directement et refermer la légère coupure dont il venait de subir. Un léger sourire sur le coin des lèvres, Jones prit la parole directement. « Tue moi tant que tu veux, je continuerais à vivre. » C’est sûr ses mots qu’il pivot directement avant d’assener de plein fouet un Spinning Elbow a son adversaire en pleine mâchoire !
La puissance du coup était telle que la tête de Bully partit en arrière et il chuta directement au sol, non loin de ses armes. Mais voilà, il n’y avait pas que Jon qui était résistant dans ce combat. Son adversaire l’était aussi et un seul Spinning Elbow, même s’il est touché de plein fouet, ne suffit pas pour le vaincre. Au contraire, l’enchainement l’avait complétement énervé. Bully était plein de rage et il le fit comprendre directement en frappant Jones dans le creux du genou pour le faire chuter. Il prit ensuite le flingue a ses côtés et se mit directement au-dessus de Bones pour tenter de lui mettre une balle dans la tête. Chose qui ne devait absolument pas arriver puisque ne maitrisant pas complétement son pouvoir, Jones ne savait pas ce qu’il arriverait s’il recevait une balle en pleine tête. Jones attrapa directement son avant-bras avant qu’il ne réussisse à pointer l’objet métallique dans sa direction. Mais rien n’y faisait, Bully avait plus de force physique que lui et le pistolet s’approchait petit à petit de sa boite crânienne. Il fallait que Jones trouve quelque chose pour se sortir de là et il fallait qu’il le trouve vite.


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

"Ok ta mer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mar 13 Jan - 3:40
Le chien errant n’avait pas encore mis un terme à un combat qui ne semblait pas gagné d’avance. Contrairement à son collègue maudit il n’avait aucun pouvoir mystérieux régénérant les parties blessées de son être mais tant que son honneur restait intact de toute tâche, Hannibal restait la menace qui fut décrite à maintes reprises dans sa longue vie de forban. Un hominidé singulier n’ayant dans l’adversité qu’un seul moyen de s’exprimer ; la bestialité d’un animal sauvage qu’on aurait voulu retenir prisonnier mais que les hommes en charges n’osent approcher de peur d’être mordus. Évidemment dur à museler, Mask avait sûrement saisi la leçon maintenant que Shûsui avait marqué son épiderme d’une zébrure grotesque montant presque jusqu’au menton. Serait-il pour lui de défaire le muet à l’aide de ses seuls poings ? L’ego d’Hannibal disait le contraire, son dessein grandiose méritant de s’arrêter s’il n’était pas capable de balayer ce fétu, dans l’étendue désertique et poussiéreuse qu’était le monde.

Sa jambe et son autre blessure avait beau lui infliger des douleurs réelles, savoir en faire abstraction lui avait valu une certaine reconnaissance en tant que punching-ball pendant ses années de mercenariat, si bien qu’être victime d’un coup de feu ne fut qu’une façon pour l’inspirer à frapper plus fort, plus chirurgicalement encore. Pendant que son comparse attirait son vis-à-vis dehors, sûrement dans le plus de le piéger, Hannibal sauta sur l’occasion quand son propre ennemi détourna le regard pour voir la provenance de ces bruits de pas. Étant un Marine, les hommes en bleu le suivirent, laissant les deux personnages seuls au milieu du fastueux lieu de débauche tandis que le manieur de lame fondait sur son challenge du jour tel l’aigle en piqué dans un large champ. Sa lame fut esquivée et malgré un chassé dans les côtes il resta debout, répliquant à chacune des offensives par une de même envergure. S’il fallait éprouver sa résistance, il saurait démontrer à quel point l’acier dont elle était forgée serait inaltérable.

« On dirait bien qu’on est tout seuls maintenant. Joli coup, mais ton chemin s’arrête ici. Même si un miracle advenait pour qu’une raclure comme toi ait l’ombre d’une chance, tu serais directement écrasé par des gens qui n’ont besoin que de respirer pour que tu plies les genoux. Rejoins-nous ou sois annihilé, pirate. Le boss est un homme intelligent, il saura quoi faire de toi. »

Phantøm ne rata pas une miette de son petit discours édulcoré, affichant pourtant ce sempiternel air d’incompréhension, seule sa main gauche trahissant un réel aperçu de ce qu’il se passait dans le crâne recouvert de fourrure ébène du forban. Ses doigts serraient d’une vigueur qui aurait fait exploser n’importe quel morceau de bois ordinaire la garde de sa lame, des petits tremblements d’effort transparaissant sur les monceaux de peau apparents à travers sa chemise déchirée.

Voyant qu’il n’obtenait pas de réponses, le tueur à gages s’approcha d’un pas rapide vers le destinataire de sa question les poings fermés et l’uppercut l’ayant manqué, notre héros frappa de sa garde l’épaule de l’homme, son moulinet de poignet manquant de l’éborgner. Au fur et à mesure que le sang coulait de sa plaie, le malabar se faisait moins rapide, moins violent et plus prévisible, à l’instar d’Hannibal, qui gardait la face d’une façon tout à fait brillante. Ils étaient seuls, et pourtant il ne montrait toujours rien.


Du plus loin qu’il se souvienne, l’adulte avait toujours haï la faiblesse sous n’importe quelle forme, la reniant de son passé et de son futur par des actes plus que contestables. Maintenant libéré de ses chaînes, semblant pourtant encore peser sur sa conscience et lier son être à un fardeau mesquin, se retourner n’était plus une option depuis le jour où il avait rejoint ce vieil homme de Wano. Il était un bon autodidacte mais ça ne l’avait jamais empêché d’écouter un bon conseil et il suivit l’un de ceux-là ce jour précis. Sa mâchoire se crispa et d’un geste sec il fit virevolter le sang encore sur son tranchant, ce dernier brillant comme les yeux de son manière d’une lueur presque malsaine, dissimulée derrière la froideur du métal.

« TU VAS MOURIR GAMIN, FAIS L’BON CHOIX OU ON GRAVERA SUR TA TOMBE QUE T’ETAIS TROP CON POUR COMPRENDRE UNE PHRASE SI SIMPLE QUE MEME TA MERE SAURAIT L’ECRIRE SANS FAIRE DE FAUTES ! » Riant à sa propre prose comme un véritable dérangé mental, il se jeta sur lui avec un entrain renouvelé, la farandole continuant de plus belle. Au milieu des berry’s jonchant le sol se battait deux personnes au sort lié, mais une seule franchirait les portes de l’endroit et ils le savaient tout deux. « Erreur.. Sous-estimer... » Levant un sourcil interrogateur, Mask venait d’entendre sortir de la gorge d’Hannibal un son guttural et rauque qui n’était autre que sa voix. Elle résonna dans les locaux comme la cloche annonçant un enterrement et l’ayant bien compris dans un dernier espoir de victoire, il se jeta sur lui dans un assaut d’une violence rare. Sa main s’écrasa violemment contre son visage laiteux et déjà abîmé, coup auquel il ne réagit pas. « TOMBE, SALOP D’HANDICAPÉ ! » Les tempes battantes et les yeux sortant de leurs orbites, son cigare manquant de quitter sa bouche, il ne pouvait qu’être effaré de la situation.

Ses phalanges contre la joue de l’apprenti corsaire, celui-ci resta d’un stoïcisme à faire pâlir un Descartes. Étrangement il put sentir sa pommette meurtrie remonter pour dévoiler ses dents blanches teintées d’hémoglobine en un sourire macabre et annonciateur de son insalubrité croissante. Poussant violemment l’avant-bras qui venait de servir de fer lance au coup reçu de son propre coude, il brisa sa garde et fit s’abattre un éclair de métal qui trancha le silence et la plaie déjà ouverte. C’eut pour effet de faire tomber le chasseur sur ses rotules, et curieusement Phantøm posa un genou au sol pour se mettre à sa hauteur, sa bouche fendue d’une hilarité apocalyptique laissant échapper encore une fois ce timbre étrange et éraillé. « Crève, déchet. J’préfère trépasser dans un océan de douleur plutôt qu’être pathétique comme tu l’es. J’suis un Burning, et on tolère ni la trahison, ni les fils de truie complaisants. Maintenant que tu sais... » Accompagnant sa dernière phrase, c’est sa main droite qui dégaina encore une fois Shûshui pour venir l’enfouir dans ses entrailles. Remuant la lame de façon circulaire, il la fit violemment remonter jusqu’au poumon du déchu, ouvrant dans son cadavre une brèche béante tout en toussotant lui-même du si présent liquide. Après un dernier râle son âme quitta l’enveloppe corporelle morcelée tandis qu’il se relevait, chancelant. Sa jambe le lançait et il ne pourrait pas tenir sur ses deux appuis pendant très longtemps.

Hannibal se releva doucement, ne jetant pas l’ombre d’un regard à la dépouille en rangeant son arme, sa démarche boiteuse mais néanmoins rapide le guidant vers l’extérieur où toute une petite troupe s’était ameutée, comme impatiente du verdict. Certains furent déçus à la vue du brun sortant du casino mais il se contenta de les bousculer tout en courant vers la source d’un raffut bien connu.

Voyant Jon au loin, encore aux prises avec son homologue à la chevelure blonde, il fonça en essayant d’ignorer l’inflammation de son mollet, son épaule s’aidant du mur pour poursuivre sa route. Arrivé à portée raisonnable, il se rua sur l’homme ses pieds joints vers son visage et quand son doigt pressa la gâchette, le dessous de ses bottes imbibées de sang avait déjà frappé son faciès à lunette, déviant le coup assez haut pour éviter un drame. Tombant sur le dos, la respiration coupée pour quelques instants, il espérait sincèrement que l’ouverture offerte allait être exploité tandis qu’à tâtons, il cherchait une prise sur laquelle se redresser et continuer.

Car Hannibal était prêt, malgré le sang perdu et malgré les bleus jonchant son corps. Prêt à jouer à la roulette russe avec le destin pour découvrir lequel d’entre lui et la quelconque entité supérieure possiblement existante aurait raison de l’autre.


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


« Run but you can't hide: white flags
You can pull em out fast and tell me your last goodbye
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mar 13 Jan - 14:18
Le combat était intense, même si le membre des Burnings était a deux doigts de se faire tuer. Il lui fallait luter contre son adversaire et sa grande puissance physique car, il faut le rappelé, il était plus fort que lui. Le pistolet avancait doucement en direction de sa tête alors que Jones poussait de toutes ses forces pour tenter de gagner du temps … Rien n’y faisait. Le flingue de son adversaire s’alligna avec sa tête et il savait son heure arrivé. Alors qu’il vit s’approcher le doigt de son adversaire vers la détente de son arme, il savait qu’il était fini. Son heure était-elle venue aujourd’hui ? Etait-il mort dans un combat comme celui-ci après avoir tenté de braqué le casino d’une bande de mafieux sans foi ni loi ? Le sourire aux lèvres, Bones tira la langue à son adversaire avant de prendre une dernière fois la parole. « Bon, je crois que je suis mort hein. » La suite ? BANG ! Le coup partit, mais rien ne le toucha. Aucune douleur, rien ne s’était passé. Il venait d’être sauvé par un ange … Ou plutôt par son coéquipier.
En effet, Hannibal avait touché au dernier moment le corps de l’adversaire et avait, par la même occasion, fait dévier le tire. La balle se loga directement dans le sol, à quelques centimètres seulement du crane du Phoenix. Hannibal chuta lourdement au sol après ça, mais ce petit moment de battement permis à Jones d’enchainer. Il retourna directement son adversaire juste après l’avoir désarmé. Il venait en quelques secondes et avec l’aide de son coéquipier, de retourner la situation. Une fois sur son adversaire, il enchaina avec un coup de coude vicieux en pleine face ! Le nez était directement touché et le sang commençait à couler à flot !

Le combat rapproché était son style, il était maitre en la matière. Et quand il était sur un adversaire comme ceci, il avait une multitude de façon de finir le combat. Il ne lui restait seulement qu’à faire attention à ne pas se faire surprendre et enchainer jusqu’à en finir. Une droite atteignit directement Jones en pleine face. Ca le fit basculer et son adversaire tenta d’en profiter. Il fallait dire qu’il était plutôt coriace comme type. C’était sans compter sur la différence de spécialisation entre les deux hommes. Il était spécialisé dans les tirs de loin au pistolet, alors que Bones lui, s’était battu au corps à corps toute sa vie. Il avait donc quelques réflexes et allait les exploiter a fond. C’est ainsi qu’il enchaina directement en attrapant son adversaire par l’arrière du crâne et en plaçant son genou juste en dessous de la glotte de son opposant.
Hell’s Gate ! Voilà le nom de cette technique. Une technique de soumission bien connu, mais qui allait sûrement finir autrement aujourd’hui. Car oui, Bones ne cherchait pas la soumission, il cherchait directement la mort pour son adversaire. Ce dernier tenta de soulever Jones, mais ce dernier ne lâcha pas. Il accentua la pression, mais son adversaire était enrager. Quelques coups de poings se firent ressentirent dans les côtes, mais rien de bien grave. Quand il tenait sa proie, Jones était lui aussi enragé. Ce sourire carnassier apparu directement sur le coin de ses lèvres avant qu’il ne se mit a serré encore plus fort sur la gorge de son adversaire. La glotte fut complétement compressé et le sang se mit à couler de la bouche de Bellu. « Un bonhomme combat avec ses poings et non avec des flingues. Crève connard. » Dans les secondes qui suivirent, le cou de son adversaire se brisa directement. Son corps devint alors inerte. Il ne bougerait plus du tout à partir de maintenant. Le combat était alors terminé.

Jones se releva directement après, en cherchant autour de lui son coéquipier. Il était là, debout derrière lui en regardant le combat. En un regard, Jones lui fit comprendre qu’il le remercia de l’avoir aidé tout à l’heure. Aucuns mots pour dire ça, les hommes se comprenaient dans un seul regard. Le moment était plutôt sincère, mais il fallait comme toujours compté sur la marine pour arriver au mauvais moment. Et il fallait le dire, l’homme qui arriva était énorme. Il faisait presque deux mètres et avait une musculature plutôt impressionnante pour un membre de la marine. Il avait l’air fort et c’est cette force que cherchait Bones. Il n’attendait donc pas la permission de son coéquipier et fonça instinctivement sur le marine qui venait d’arriver. Ce dernier était rapide en plus d’être imposant et il enchaina rapidement en sortant sa hache et en frappant de plein fouet le torse du Phoenix ! Sa peau s’arracha complétement et son torse s’ouvrit. Son fruit allait lui permettre de se régénérer, mais ça allait prendre du temps.
Et c’était le temps qui manquait au membre des Burnings. Plusieurs dizaines de marines arrivèrent directement après ça et encerclèrent la zone. « Tss, vous n’êtes rien comparé à ma puissance. Capturer celui au sabre, je prends celui-ci avec moi et l’emmène au QG. » Le marine s’approcha alors du Phoenix au sol et le mit sur ses épaules avant de s’en aller tout en donnant les ordres. Il était donc un plus haut gradé. Normal au vu de sa grande force physique. Perdant petit à petit connaissance au vu de la douleur intense au niveau de son torse, Jones savait qu’il était dans une belle merde, mais il savait aussi que son coéquipier n’allait pas l’abandonner comme ça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mar 13 Jan - 17:56
Quand il crut que les festivités allaient enfin se terminer, ce qui n’était pas vraiment une bonne nouvelle ni une mauvaise vu son état piteux, la main impartiale du destin vint frapper l’échiquier pour replacer ses pièces. Alors qu’il peinait à se relever du fait de son choc avec le pavé de la ville, plutôt sale d’ailleurs, une nouvelle des plus réjouissantes se présenta. Tout au plus pour les marines qui s’amassaient dans les environs, car un de leurs gradés qui ne semblait pas très humain au vu de sa si grande taille s’approcha pour interrompre les facéties des deux Enflammés. Ils avaient tous deux gagnés leur duel et son aide pour celui de Jon fut remercié d’un regard qui lui suffit amplement. Les effusions de gratitude n’étant pas sa came, tout autant que les dialogues inutiles, il réunit toute la concentration possible pour ne pas paraître faible même si ses blessures pouvaient l’indiquer à un œil avisé.

Dans cet état, Hannibal se sentait incroyablement vivant, comme si briser son flegme et la pleine possession de ses moyens l’entraînait dans un abysse d’adrénaline qu’il savourerait jusqu’à en toucher le fond, sans même un regret. Il était bien entendu assez intelligent pour sous-peser et analyser n’importe quel danger mais quel que soit ce dernier il ne lui tournerait jamais les talons très longtemps. C’était dans sa nature de défier autorité et adversité par vent et marée, toujours solide qu’importe le tourment. Et pour un tourmenteur, l’homme à la hache semblait dans son rôle puisqu’il n’eut même pas le temps de dégainer sa lame que le tranchant de l’arme du marine grinça contre la peau désormais fendue de Bones, visiblement en mauvaise posture. Ayant sûrement compris son don, il l’emporta avec lui en sommant ses hommes de lui ramener Hannibal.

Au total, le Yaken était sorti avec quelques côtes cassées, des bleus au visage et ailleurs, quelques muscles de son abdomen presque déchirés et le mollet troué d’une balle de son duel contre Mask Carpone, ce qui le laissait en désavantage s’il venait à affronter le kidnappeur mystérieux. Pour ce qui était de la troupe d’hommes, il pourrait sans doute s’en sortir avec des dommages collatéraux moyens mais déjà, son esprit méthodique compartimentait les choix possibles tandis que le gradé s’en allait son trophée sous le bras. Que dirait Feng s’il laissait le petit nouveau aux prises avec la Marine sans demander son reste ? Et quel homme cet événement allait bien pouvoir faire de lui ? La décision était de toute façon déjà prise.

« En joue, soldats ! Le sous-lieutenant n’a pas précisé dans quel état on devait le ramener, alors finissez cette pourriture. Il est dans un état pitoyable, pas d’quartiers ! » Accompagnant ses mots, les canons de fusils et les armes blanches se pointèrent sur lui dans la petite ruelle, ces hommes le condamnant à la sentence capitale sans procès. C’était une facette de ce monde belle et bien réelle, les représentants de la ‘toute-puissante’ Justice ne valant à ses yeux pas mieux que les forbans qu’il avait rencontré. Obéissant aux ordres de la hiérarchie sans tergiverser en exécutant les actes indiqués comme de gentils petits toutous.

Malheureusement pour eux il restait assez d’énergie à l’énergumène pour tenter un mouvement de retrait qui ne se fit pas prier. Alors que les gâchettes allaient céder à la pression des doigts boudinés de la bande de matelots, ses pieds se mirent à bouger et d’un saut agile sur le crâne de l’un deux, il dégaina pour planter le bout de sa lame dans un mur en prenant la force nécessaire sur son nouvel appui pour atterrir sur le toit. Les balles fusant il ne chôma pas et d’un sprint moins preste que d’habitude il prit assez d’élan pour sauter d’un toit à un autre pour s’écraser misérablement sur les tuiles de ce dernier.

Dans un râle sépulcral il se releva sans perdre une seconde et continua vers sa finalité, sachant bien que dans cet état et même sain de toute affliction, il n’avait presque aucune chance contre le titan vu précédemment. Sans disposer du fluide de l’Observation, il savait toutefois jauger de la force d’un homme et ça n’allait pas être une partie de plaisir.

En toute logique il chercha de son surmontoir ladite base de la marine où il allait sûrement emmener Jones tout en s’enfonçant dans les méandres de Las Camp. L’animation de la cité couvrait sa course tandis qu’il se dépêchait d’arriver là-bas avant une possible échéance, l’endroit apparaissant à sa vue presque troublée du fait d’un œil au beurre noir naissant. Tout n’était que profonde quiétude pour la Bête, l’adrénaline parcourant ses veines lui permettant de mettre un pied devant l’autre jusqu’à la fin de son périple en hauteur.

Une fois la moitié de la ville traversée, il put enfin arriver au lieu que les hommes de l’île appelaient le « second quartier général de la pègre ». En effet, l’argent coulait à flot dans les poches des deux mafiosos régnant à tel point que la base censée faire régner la loi avait plié le genou devant l’appétit monétaire. N’étant pas proie à ce genre de dilemmes, il ne cautionnait ni ne jugeait leurs cas, n’apportant son attention qu’au kidnappeur et pseudo redresseur de tort.

Il était là, traversant la rue sous les yeux ébahis de la populace, un homme au torse sectionné sur l’épaule dont la plaie brillait de quelques flamiches bleutées. S’il rentrait dans le Quartier Général, le nombre exponentiel d’opposants exploserait et il ne pouvait laisser faire ça. D’un bond calculé, il atterri donc devant les portes fermées de l’endroit, main sur Shûsui. Hannibal afficha ensuite un sourire railleur, comme pour le provoquer. La mimique eut de l’effet puisqu’il lâcha sa récente proie après lui avoir passé des menottes étranges qui annihilèrent les flammes et saisit sa hache énorme à deux mains.

« Alors comme ça t’as faussé compagnie à mes quelques soldats, hein ? Dans ton état miteux tu ferais mieux de te trouver un coin tranquille au lieu de venir m’obliger à abréger ta pitoyable existence. »  Ayant intercepté sa prose, il aurait chuchoté le mot Nakama s’il ne détestait pas à ce point ouvrir la bouche. Après tout, c’était la seule chose à comprendre. Même démembré, il aurait effectué la même démarche, car l’honneur était le propre de tout bon sabreur. Une fois le serment partagé, son rôle de Second l’obligeait à se préoccuper de son sort.

L’armoire à glace -face au manque de répondant de notre ami- fit tournoyer sa hache de façon spectaculaire, Hannibal sachant bien qu’il ne pourrait parer cette dernière dans l’état actuel de son bras. Pourvu du don d’ambidextrie, ça ne lui sauverait pas la mise selon le coup porté et il se mit en position de contre, la main sur la garde de son Meitou. L’offensive ne se fit pas attendre et il manqua d’être coupé en deux par un coup d’une force telle qu’au contact du sol, ce dernier se zébra grossièrement.

Maintenant à quelques centimètres de son opposant il tenta de dégainer de sa main valide pour entailler le buste du manieur de hache sans grand résultat. D’un coup d’épaule il fut obligé de le repousser, sa tentative ayant été parée par le manche de l’arme adverse. Pourtant l’échange avait été fructueux puisqu’il avait glissé dans le même temps sa main libre dans la veste du marine pour y prendre la clé. « Tu vas te faire exploser par le grand Harakuru, souviens-toi d’ce nom... TANT QU’TU L’PEUX ENCORE ! »

La menace n’effleura pas la tranquillité ambiante du spadassin, ce qui ne parut pas plaire à son énonciateur qui chargea encore. Eau d’Automne dégainée, les deux mains sur sa garde il dut y mettre toute sa force pour ne pas être éjecté, mais Harakuru fit simplement tourner son manche, la seconde face coupante le touchant de plein fouet en l’envoyant déguster le mur pourvu d’un symbole de mouette dans un fracas sonore.

* On dirait bien que j’suis en mauvaise posture, hein... *

Toussotant une gorgée de liquide carmin remontant de son organisme meurtri, encore chancelant du choc, il se tenait debout avec peine et dans un dernier élan le pirate chargea, ratant sa cible au dernier moment. Ce dernier coup n’était qu’un écran de fumée, destiné à couvrir sa manœuvre, ce qui fut effectif puisqu’il fut envoyé au tapis à côté de son collaborateur, lui laissant le temps grâce à la poussière ainsi levée pour ôter ses chaînes. Il plongea son regard de braise dans celui du basané, habité par une fureur lui étant singulière, signe qu’il allait devoir donner son maximum pour sortir de cet embarras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mar 13 Jan - 19:08
Le réveil fut spectaculaire. C’était la moindre des choses que Jones put dire car c’est son coéquipier qui le réveilla et il avait l’air d’être encore moins bien en point que lui. Le combat contre une force de la nature comme celle-ci n’allait pas vraiment être de la tarte. C’était un combat perdu d’avance comme dirait certains, mais être pirate signifiait se battre pour ses idéaux et s’il fallait battre un homme musclé qui se trimballe avec une grande hache pour faire de son capitaine le roi des pirates, il était d’accord pour y mettre toute ses forces. Et puis Bones savait que même si, pour lui c’était la dernière bataille, il ne regrettera rien s’il y mettait toutes ses forces. C’est ainsi qu’il se releva doucement en regardant son coéquipier. Il l’aida d’ailleurs à se relever lui aussi et se mirent tous deux en face de leur solide adversaire.
Les deux membres des Burnings Pirates étaient conscients que ce combat allait sûrement être le dernier de leurs vies au vu de la puissance physique et la vitesse de l’homme en face d’eux, mais ce n’était pas grave. Ils savaient aussi qu’en combattant hors-pairs, ils allaient mourir la tête haute et c’était ce qui comptait. C’est ainsi qu’instinctivement, le Phoenix bougea rapidement dans la direction de son ennemie. Une attaque frontale ? Oui, tout à fait. N’importe quel combattant aurait tenté une attaque surprise ou un mouvement que le géant de la marine n’aurait pas su prévoir et aurait directement abandonné l’attaque frontale. Jones, pensait autrement. Lui qui s’était entrainé toute sa vie a l’art du combat rapproché, ne pouvait pas se permettre de se faire battre par un homme qui avait une plus grande force brute que lui. Et surtout pas un géant de la marine qui se croyait tous permis !

C’est pourquoi, une fois arrivé à quelques mètres de son ennemie, il glissa arbitrairement pour se faufiler entre les jambes de son adversaire et se retrouver derrière lui. Le géant de la marine avait tenté de le frapper avec sa hache, mais du fait de la glissade, le coup, même s’il était passé tout près, n’avait pas atteint Jones. Ce dernier put même en profiter pour tenter une attaque directement. Il frappa le genou droit de son adversaire avec son pieds avant que celui-ci ne se retourne et d’un revers de mains ne le projette contre les portes de la base de la marine. Bien-entendu, les portes ne tenures pas le coup et Jon passa complétement au travers, atterrissant quelques mètres derrière sur une table ou quelques soldat de la marine était en train de jouer aux cartes. « Dans cette situation je dirais Joker non ? » Une petite touche de sarcasme et le tout était joué. Même si les soldats de la marine tentèrent de dégainé leurs armes, le géant à la hache leur ordonna de ne rien faire. Il dit même que les deux pirates étaient son gouter et que toute personne qui interférerait dans ce combat allait subir son châtiment une fois qu’il en aura fini avec les deux enflammés. C’est ainsi que Jones se releva directement pour revenir dans la ruelle en compagnie de son équipier. Il fallait vite que les deux hommes trouvent un moyen de battre ce géant. Ils ne pouvaient se permettre de perdre la vie, pas maintenant, alors que leur aventure venait tout juste de commencer. Il regarda son équipier déjà mal en point et décida de prendre les choses en main. « Le vaincre seul relève de l’impossible, je pense que t’es d’accord avec moi. Sur ce coup, il va falloir qu’on bosse en équipe. On lui fonce dessus en équipe, tu bloques ses coups de haches et j’essaie de le frapper au corps, ça te va ? » Il avait, pour une fois, réfléchis. C’était rare chez lui, mais il fallait l’avouer, son plan était bien bidon quand même. Ses coups de haches étaient surpuissants et vu l’état pittoresque de son équipier, Jones savait pertinemment qu’il en faudrait trois ou quatre seulement, même bloqué, pour l’envoyer dans le décor.

C’est en se demandant comment ils allaient faire, qu’une idée lui vint à l’esprit. Mais la réalisation au vu de la grande force physique adversaire, de sa taille et de son habilité à la hache, allait être très difficile voire impossible. C’est ainsi que les deux hommes foncèrent directement sur le géant de la marine. Ce dernier fit alors directement tournoyer sa hache pour tenter, une fois que les deux pirates furent à bonne distance, de les toucher avec. Hannibal comme prévu bloqua le coup, même si ce dernier au vu de la puissance, le fit reculer. Ca laissa assez de temps au Phoenix pour passer entre les mailles du filet et atteindre son adversaire au corps au corps. Il entreprit directement le travail avec un enchaine de deux droites dans l’estomac suivit d’un Spinning Elbow en plein dans les dents ! Et quand il se retourna, il fut surpris de voir l’homme en face de lui rire au lieu de souffrir le martyr et de compter ses dents au sol. Au contraire, son adversaire en avait profité pour faire partir sa tête en arrière et lui asséner un violent coup de tête en plein dans le torse ! Jones fut projeté directement quelques mètres droit devant, juste à côté de son équipier qui l’aida à se relever.

Le combat allait être beaucoup plus difficile que les deux hommes le pensaient. Leurs adversaire, en plus d’être très coriace, était très résistant. Il avait quand même encaissé un Spinning Elbow directement en pleine face sans broncher et avait enchainé derrière avec un coup de tête qui avait sûrement brisé la cage thoracique du Phoenix. Heureusement que son fruit avait réparé tout ça. Debout, il regarda son coéquipier d’un mauvais œil. L’œil qui disait que ce combat allait être plus dur que prévu et que les deux hommes face au marine n’allaient sûrement pas suffire.




_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

"Ok ta mer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mar 13 Jan - 20:53
Le message avait visiblement été saisi par son acolyte à l’ignition azure. Ce dernier, après avoir été libéré de ses entraves ne chercha pas plus loin et fonça sur Harakuru avec une vivacité retrouvée qu’il ne partageait pas, sa tentative semblant réussie dans un premier temps lorsqu’il évita la guillotine de fortune s’abattant sur lui pour ensuite hasarder à briser son genou, ce qui résulta seulement en un coup violent pour Jon qui fit un vol plané sans même sortir ses ailes pour finir fracassé contre le bois de la porte. Pendant ce temps-là, haletant, le sang suintant de sa plaie au buste, Hannibal ferma tout simplement les yeux, concentrant ce qui restait de clair dans son esprit pour en voir ressortir la détermination la plus éclatante à se battre. Shabaondy, le manoir du Noble, tout ça n’avait été que fragment dans un dessein plus grand, qu’il ne pouvait en aucun cas laisser disparaître sans d’abord montrer au monde son potentiel.

Sans vraiment chercher à attaquer dans l’instant, il fléchit encore une fois ses appuis comme lors de tantôt, sa position évoquant clairement celle de tout manieur de lame prêt à laisser s’échapper la rage de l’acier coupant. Les tremblements avaient cessés, il ne faisait désormais qu’un avec le métal inerte, dans une disposition où on aurait pu le croire sans vie. Le second attendit patiemment, ne voulant pas que son prochain mouvement soit interrompu par son nouvel équipier. Quand les marines sur lesquels ils venaient d’atterrir essayèrent d’en finir avec Bones, leur ennemi commun les somma de ne pas s’impliquer, preuve que son ego guidait ses pas. Peut-être n’étaient-ils pas si différent après tout, même si leurs leitmotivs restaient distincts.

Une fois près de lui, le Phoenix suggéra de se combiner pour avoir une chance contre le mastodonte gouvernemental. Même s’il n’aimait pas coopérer, Hannibal savait que sans ça faire tomber ce monstre serait tout bonnement impossible. Sa stratégie rudimentaire semblait suffisante pour qu’il n’ouvre pas la bouche, et il se contenta d’acquiescer d’une moue passablement satisfaite, Shûsui toujours enfermée. Se séparant de quelques mètres chacun, le duo prit en tenaille leur adversaire commun avec une bestialité renouvelée. Ils n’avaient jamais encore combattu côte à côte avec lui avant ce jour et s’il voyait le soleil se coucher, ce serait une expérience enrichissante si tant est qu’elle soit fructueuse.

Comme l’avait requis son compagnon de galère, quand la hache s’abattu circulairement, il fit glisser le sabre de qualité supérieur hors de son fourreau pour bloquer l’attaque. Le choc le fit vibrer mais il tint bon, laissant une opportunité à Jon. Ce dernier commença dans l’intervalle à travailler la viande férocement mais lors de son coup final, un rire gras s’extirpa d’entre les lèvres d’Harakuru, comme si tout cela n’était qu’un jeu. Il reçut pour son impétuosité un coup de front qui le mit au tapis. Bien qu’il soit pourvu de régénération mystique, une telle blessure allait peser dans la balance et désobéissant à son instinct, son talon glissa sur la pierre pour le propulser vers le marine tandis que ce dernier s’apprêtait à faire goûter au nouveau membre des Burning les arômes de sa machette disproportionnée.

Le prolongement de son bras fut dévié par la simple paume de la main de l’ennemi qui décida qu’il en était fini de jouer. Pris par l’élan, il ne fut rien faire quand cette même main le saisit au niveau de la gorge et le souleva en l’air comme un futur trophée. De son autre poing serrant son arme, horizontalement, il trancha son plexus pour former une croix là où siégeait déjà sa première blessure avant de le lâcher en toute tranquillité, lui envoyant un chassé une fois vers le sol. Il fit comme son camarade plutôt auparavant un joli vol en direction opposée au Q.G pour finir presque incrusté dans un mur de pierre. Plusieurs de ses os brisés, titubant dans la brume de la souffrance, ses idées se brouillèrent quelques instants, jusqu’à qu’il tombe à genoux, hors de la sculpture dans laquelle on l’avait mis.

Sa surdité lui faisait percevoir le monde comme un endroit froid, mais la douleur peignit un tout autre tableau sous ses yeux. Un bourdonnement vif semblait résonner sans interruption dans son crâne, de telle façon que ses pensées se désordonnaient, ses vieux souvenirs remontant dans un moment où il aurait du pouvoir être assez centralisé pour faire fi de tout, sauf ledit combat. Les leçons du vieux marine, les chaînes de l’esclavage, ou autant de raison pour rester debout. Une motivation nouvelle sembla se glisser en lui, le goût amer de son liquide vital dans sa bouche ne l’empêchant pas d’oublier qui il était et d’où il venait. Frappant le sol d’un de ses poings, il se releva avec une peine immense, affichant sur son faciès un air conquérant malgré la difficulté.

Debout face à l’hominidé vêtu de bleu, il jeta un regard réciproque à Bones, lui faisant comprendre qu’il était encore de la partie malgré son torse ensanglanté et sa jambe boiteuse. Ce dernier semblait enclin à continuer et fort de cette impression, il plaça Shûsui devant lui, sa pointe en direction du menton carré de l’ennemi. Le visage méconnaissable,  Hannibal adressa un sourire carnassier, démonstrateur de sa rage de vaincre, durement droit sur son soubassement.

Il inspira d’une grande traite une quantité d’air non négligeable vite soufflée par ses narines, bouillant de réussite et de triomphe, prêt, alerte, le tranchant de son Meitou vers le sol. Une bonne fois pour toutes, il allait démontrer sa capacité hors du commun au combat, et s’il venait à trépasser, ce serait sur le champ d’honneur comme ceux de sa caste. Rires, larmes, tout ça n’avait plus la moindre importance pour le natif de North Blue. Tout ce qui comptait fut l’issue de ce combat funeste. S’il voulait sa vie, Harakuru allait devoir se battre pour l’avoir et la lui arracher. Fixant maintenant de ses pupilles rétractées la cible de son prochain coup, il attendait que Jon se décide. Cette fois, il serait la main porteuse du coup, et le Phoenix la diversion. Dur à expliquer, mais il lui faisait confiance pour réussir à lui donner une chance. Il sentait en lui le potentiel de terrasser l’adversité, cette inextinguible flamme.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


« Run but you can't hide: white flags
You can pull em out fast and tell me your last goodbye
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mar 13 Jan - 22:10
La situation était pire que ce que les deux hommes auraient crut auparavant. Ils avaient osé entamer un combat contre un homme dont le pouvoir était grand. Leurs adversaire avait l’expérience des combats et savait utiliser sa force physique a bonne escient. Il savait où et quand frapper. C’était pour ça qu’il avait réussi à toucher l’ancien Assassin. Mais là, c’était complétement terminé. Même si la fatigue commençait vraiment à se faire sentir, que ses muscles commençaient doucement à s’engourdir et qu’il transpirait de plus en plus, le combat était loin d’être fini. Car oui, il ne maitrisait pas totalement son fruit. Il maitrisait seulement une parcelle de celui-ci. L’utiliser pour se soigner était risqué puisque ce dernier le fatiguait quelque peu à chaque utilisation. C’était pourquoi, il se relevait assez difficilement. C’était sans doute la dernière attaque. L’ultime tentative. Si cette attaque passait, les deux hommes allaient pouvoir sortir vainqueur de ce combat. Sinon, l’issu qui leurs étaient réservés n’était rien d’autre que la mort. Pourtant, en pirate fier et libre qu’il était, Jones n’avait aucun remord. Quand certains seraient restés au sol, pleurant et gémissant de douleur, lui et son équipier du jour s’étaient relevés. Ils avaient choisi d’affronter la mort en face. Choisit de combattre l’ordre, le gouvernement pour faire triompher la vérité et surtout, montrer que les Burnings Pirates n’étaient pas des rigolos qu’il fallait prendre à la légère. C’est en un regard que les deux hommes se sont compris et ont accordés leurs violons. Pas besoin de mot entre deux hommes. Leurs deux tracés étaient différents, leurs façons de vivre aussi, mais ce qu’ils étaient devenus aujourd’hui, c’était deux hommes prêt à mourir pour leurs idéaux et pour la même cause. Deux hommes qui, malgré leurs blessures, allaient se relever et attaquer un homme qu’ils savaient beaucoup plus puissant qu’eux.

C’est ainsi que les deux hommes s’élancèrent. Jones étant partie à droite, il laissa le côté gauche à Hannibal. Une attaque frontal, oui, encore une. Les pirates étaient têtus, mais que faire. Il fallait l’avoir à tout prix ! Il fallait lui montrer la force de leurs volontés respectives ! Leurs fiertés parlaient pour eux, espérons que leurs poings aient assez de force pour coucher ce colosse du gouvernement. C’est ainsi que Jones arriva vers son ennemie et se baissa au dernier moment pour esquiver un coup de paume circulaire qui lui était destiné. Son coéquipier avait forte à faire puisqu’il devait s’occuper du côté ou la hache était présente. Pourtant, vu les blessures qu’il avait, un coup de hache trop puissant pourrait s’avérer très délicat à encaisser. Il pouvait même perdre la vie car lui, au contraire du Phoenix, n’avait pas de fruit capable de le maintenir en vie puis de le soigner.
Il fallait donc faire vite pour Jones. Il pivota alors en accompagnant un coup de coude lui étant destiné pour se retrouver dans le dos du géant gouvernemental. Dans son dos, il tenta en vint de l’attraper a la gorge. C’était sans compter sur la résistance et la puissance pure qu’avait cet homme dans ses jambes. Il était complétement cramponné au sol. Il jeta alors un regard vers son équipier, toujours en prise avec la hache du colosse et eut une idée brillante. Il avait le pouvoir de se régénérer, alors faisons marcher ça. Et puis merde, même s’il ne revenait pas à la vie, il mourrait la tête haute après ça. Il aurait fait son travail de matelot et aurait sauvé l’un des siens d’une mort certaine. C’est ainsi qu’en s’accrochant à l’épaule du géant, il réussit à basculer de l’autre coter et a attraper la jambe du colosse. Et dans un effort démesuré, le fit basculer.

Pourtant, le marine ne tomba pas directement. Il réussit à se rattraper, mais les quelques secondes gagner en le faisant reprendre ses appuis permettent a Jones de s’accrocher à lui en lui attrapant les deux bras. Le basané était complétement cramponné au sol et serrait de toutes ses forces. Regardant son coéquipier bouger, il comprit bien vite que ce dernier avait compris de quoi il s’agissait. « FAIT LE ! » Crier sur un sourd était assez bizarre, mais il y a des situations ou c’était obligatoire et celle-ci en faisait partie. C’est avec le sourire qu’il sentit la lame traverser sa peau. Son torse était complétement ouvert d’un côté à l’autre et pourtant, Bones souriait encore. Le sacrifice était nécessaire aujourd’hui. Et puis, le sacrifice d’un homme pour en sauver un autre était une chose noble.  
Ses paupières se fermèrent alors peu à peu. La fatigue était à son paroxysme. Ses muscles étaient lourd, son corps aussi. Il sentait son fruit agir sur son torse, il sentait les plaies se refermer petit à petit, mais doucement le sommeil l’emportait. La fatigue était telle qu’il chuta en arrière et tomba directement au sol. L’adversaire était sûrement battu, si ce n’était pas le cas, ils avaient combattus fièrement et ils n’auraient rien qu’ils puissent tous deux regretter. Ils avaient, tous comme leur adversaire, jeter leurs dernières forces dans la bataille et ils sont tombés la tête haute et les épaules droites. C’était avant tout ça être un Burnings Pirates ! Et puis, ils avaient appris doucement à se connaitre et à combattre ensemble. Ses deux combats d’affilés avaient aussi montré a Bones que son fruit était plus complexe qu’il ne l’aurait cru et qu’il lui restait bien des choses à apprendre s’il voulait le maitriser totalement. Une aventure éprouvante, mais qui avait servi à tisser des liens forts entre les deux hommes qui se respectaient aujourd’hui, non pas parce qu’ils sont dans le même équipage, mais parce qu’ils sont devenus frère d’armes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.     Mer 14 Jan - 2:06
Bien qu’il soit mutilé d’un sens, tous les autres furent en éveils. Sa vue se fit plus claire, sa lame moins lourde, l’air sembla n’être que les vibrations de sa respiration. Le temps semblait figé et pourtant la situation était réelle, palpable au sang s’écoulant sinueusement entre les pans de sa chemise blanc cassé. Il n’était que l’ombre de celui arrivé quelques heures plus tôt, mais il lui restait encore de tripes pour braver un homme lui faisant l’affront de pouvoir le gérer en deux contre un en le prenant de haut, comme il l’aurait fait d’une bande de garçons des rues trop arrogeant. Malheureusement pour lui il avait Hannibal en opposition, et pas l’un d’eux.

De son passé avec Hirakuru il avait pu percevoir sa puissance et comprendre que dans un simple de force il n’avait pas l’ombre d’une chance. La force pure ne résoudrait pas ce problème mais ce n’était pas la seule couleur à sa palette, fort heureusement. L’aspect technique était de loin le préféré du sabreur, bien que pour sa carrure, il soit doté d’une force bien singulière. Son vis-à-vis n’avait pas l’air de porter grand intérêt à quelconque finesse, préférant écraser de son arme massive plutôt que de réfléchir à la façon et autre aspect poussé.  Prêt à donner le meilleur de son style à l’épée –du moins pour le moment-, ce serait une épreuve qu’il avait connu maintes fois auparavant. Se trouver devant un homme plus puissant en compagnie de Shûsui, devoir lui ôter la vie pour continuer sa voie.

Paré à toute éventualité son entité toute entière se jeta dans la bataille. Les coups pleuvaient de son côté mais il tenu bon malgré le sang s’échappant de son corps, sa hache n’éreintant pas l’alliage de son katana qui semblait endurer bien mieux que son propriétaire. Jon faisait un travail de tous les instants, le divertissant assez pour qu’il ne puisse utiliser sa pleine puissance sur l’un d’eux s’en s’exposer totalement à l’autre. Ça n’allait pas durer éternellement mais le climat était propice à agir en leur faveur et il tenta d’être plus précis pour infliger plus qu’une simple égratignure sans être brisé comme le jouet d’un enfant. Arrivé près d’un mur, il s’en servit comme appui pour se projeter en arrière dans un salto maîtrisé malgré sa plaie à la jambe, quelques mètres l’éloignant du corps à corps.

C’est synchronisé avec lui que Jon entama une combinaison de mouvement complexe qu’il put analyser de son œil avisé. L’artiste martial possédait une combinaison avec des proportions étranges mais efficace. Il était maintenant dans son dos, ignorant les secousses et les coups pour le faire lâcher, tout devenant plus clair pour Hannibal d’abord agar. Il comptait se servir d’une prise d’immobilisation et laisser un coup préparé au sabreur.

Pendant qu’ils luttaient tout deux comme des animaux, Hannibal fléchit les muscles de ses cuisses à leurs paroxysme, Shûsui maintenant rengainée. Réunissant l’essence même du Taifūgan qu’il avait si longtemps peaufiné, son utilisation constante ne lui en enlevait pas moins quant à son efficacité en ce cas. Les battements de son cœur se régulèrent subitement, et le silence gronda d’un vide nouveau où seuls existaient lui et Harakuru. Jon n’était qu’un paramètre, une donnée de plus avant de mettre en exécution ce coup.

Les secondes furent des heures, les fenêtres d’opportunités se multipliant à mesure que le basané se déplaçait pour empêcher tout mouvement. S’il agissait trop tôt, tout échouerait et bien que rester ainsi telle une statue n’était pas un concept habituel, il céda à ce caprice de l’aventure. Son état empirait lui aussi au fil de ce laps de temps, mais la douleur n’était qu’un effleurement, une émotion qui semblait lointaine, vague, dépourvue de toute substance ou fond. Seul subsistait le ressentiment, dans un aplomb sombre et presque sordide à la lueur de ses plaies.

Soudain, le pantin désarticulé, bloqué sur ses positions, se mit à bouger. Plus rapidement que plus tôt, ses pieds ne semblant pas toucher le sol au fil de sa course. Son regard charbon bloqué dans celui du géant, son coéquipier avait crié et il avait compris, même si son sprint s’était entamé bien avant qu’il énonce sa pensée à l’oral. Le Yaken avait compris dès les premiers mouvements du Phoenix le but final de sa manœuvre, et il lui devait de ne pas échouer. Les gens et les troupes rameutés par le vacarme eurent alors la surprise de le voir s’arrêter quelques secondes, penché vers l’avant, sa masse centrale incroyablement proche du sol. Il sortit de sa manche un coup de la même école que celui utilisé contre Mask Carpone, à l’exception du fait que la puissance déchainée n’eut rien à voir. Cette fois, quand son mouvement s’interrompu, Hannibal derrière lui le bras tendu en biais, le même silence que le sien s’abattit sur l’assemblée retenant son souffle. Il venait de modifier le Hakunetsu no Norainu en fonction de ce qu’il avait appris en voyant Carpone, Hirakuru et surtout Jon se battre. Il l’avait utilisé et le coup, combiné au légendaire art Iai avait acquis une force de pénétration bien plus grande, qu’il rebaptiserait à l’occasion. Il n’éprouvait pas le besoin de crieur leur nom, mais chacune jusque-là eut une identité. Ce n’était juste pas le bon moment.

Ce fut une seconde après que sur le long de la gorge, les côtes et le nez du géant apparurent les premières traces de son méfait, qui n’étaient rien quant à la boucherie effectuée au niveau de son cœur. Normalement censé viser les points et simplement les briser ou les trancher, le cœur de celui-ci avait été embroché dans le temps imparti à la place des cinq autres emplacements habituels. Il fallait faire preuve de barbarie pour atteindre son but et ce fut fructueux puisqu’il tomba à terre, entraînant son nakama avec lui. Le sang s’écoulait en rivière sur les pavés tandis que la majorité des gens se mirent à crier. L’homme responsable en second accouru vers lui, la main encore tremblante après avoir pu voir de quoi il était capable, ce qu’Hannibal ignora totalement, traînant la patte comme un roquet jusqu’au Phoenix.

Sans lâcher un traître mot dans l’agitation, tous se demandant quoi faire maintenant que l’homme était tombé, il attrapa Bones par le col et le traîna derrière lui sans vergogne. Il était peut-être sourd mais pas fou, il se retourna donc une dernière fois vers celui qui le braquait, lui lançant un regard qui lui fit comprendre que s’il voulait aussi un duel, il serait son homme.

Cela suffit à le dissuader, au moins pour l’instant, tandis qu’il se frayait un chemin parmi la populace. Ils allaient devoir se cacher, et se soigner. Après tout, encore dix bonnes minutes ainsi et il cracherait sa dernière gerbe de sang. Pourtant un sourire s’afficha sur ses lèvres, bien content d’avoir pu vaincre cet homme et ne pas avoir tué son frère d’arme, chose qu’il constata en voyant qu’il respirait encore. Spectacle atypique, le duo salement amoché traversait la ville, titubant vers un futur qui sembla prometteur.

* C’est bizarre, mes coups l’ont carrément déchiré alors qu’je sentais presque plus mon bras... ahah *


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


« Run but you can't hide: white flags
You can pull em out fast and tell me your last goodbye
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageRe: ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones.    
Revenir en haut Aller en bas


 ♠ Duo explosif, prémices d'une entente /w Bones. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Falling Skies :: L'aventure commence :: Les Blues :: West Blue :: Las Camp-