Tonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Paddington Supertramp

avatar

Messages :
26
Fruit du démon :
Hito hito no mie
Grade / Métier :
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Doriki: 700
Berry's: 105,000
Réputation/Prime: 0
MessageTonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]    Lun 2 Mar - 0:33


Le fait que l’Etat Major de la Marine décide de confier une mission de capture d’une particulière importance sur les docks d’une île non moins particulièrement dangereuse à un ours parlant se déplaçant avec un piolet, était le signe non équivoque d’un changement des mentalités appréciables. D’un autre côté cela pouvait également signifier que cette assignation était aussi moisie qu’un roquefort premier prix, et que les hauts gradés avaient décidés qu’ils pouvaient bien laisser se faire trouer la fourrure  ce qu’ils considéraient comme une bête de foire au lieu de la leur. Au vu de la joyeuse bande de brillants esprits – qui cumulés devaient atteindre la somme généreuse de quinze neurones - qui l’accompagnait Paddington, sergent-chef de son état, planchait sérieusement pour la seconde. C’était que le coin était pas particulièrement accueillant : lumières blafardes, truands à l’affut d’une gorge à trancher et, pire que tout, des saloperies de chats errants. Par les Résilles de la Mère Tantine, il n’aurait pas aimé voir la gueule de l’office de tourisme des lieux. De toute manière les patrons de l’endroit n’offrait qu’une seule destination à visiter : les fonds marins. Et généralement il s’agissait d’un allez simple. Paddington songea brièvement qu’au moins dans son cas il ferait l’économie d’un lest pour le traîner au fond de l’océan. Il ne comptait pas vraiment sur les crasses en uniforme l’accompagnant pour offrir une résistance efficace. Tout juste s’il avait pu les convaincre de s’en tenir à leur présente opération. Il y avait été à grands renforts de coups de piolet dans les fesses pour mettre la joyeuse troupe en direction des docks vers leur objectif. Il ne pouvait pas réellement leur en vouloir, si le reste de la ville pouvait se targuer d’offrir un généreux taux de timbrés à la gâchette facile au mètre carré, le port et ses alentours était un véritable lieu de réunions des Sociopathes Anonymes.

Se rendre sur les docks en pleine nuit à Las Camp c’était un peu comme une invitation à se faire tirer dessus, ou pire. Et avec un uniforme de Marine sur le dos l’invitation sonnait carrément comme un faire-part. Le genre carte à la typographie fleurie accompagnée de dragée. Sauf que les dragées c’était eux qui allaient les recevoir, et plus sous la forme de plombs que de sucre. Cette allégorie sur la nourriture le fit brièvement saliver avant qu’un de ses subordonnées le tire de ses rêveries.

-Sergent ! On a entouré les lieux ! Même que personne nous a vus !
-Tu veux une médaille peut être ?

Lui répondit sèchement l’ours randonneur interrompu abruptement dans ses rêveries, faisant galoper loin de lui l’impudent. Généralement on évitait de se trouver à proximité d’un ours qui parle, et lorsque l’ours parlant avait généralement un caractère rude le rendant prompt à décocher des mandales on avait tendance à respecter ses distances de sécurité. Paddington observa « les lieux » plus précisément que le reste des Marines en faction, le fusil à l’épaule, sa vision supérieure d’animal lui permettant d’y voir presque comme en plein jour. Même s’il n’y avait pas meilleure façon de gâcher son don de la nature que dans la contemplation du hangar tout moche qui était leur objectif. Cependant plus que la hangar en lui-même c’était ce qui s’y trouvait à l’intérieur qui les intéressait réellement. Les mots du rapport lui revenaient par bribes vagues, quelque chose se rapportant à des trafics, de la contrebande et des pirates. Ce qu’il avait bien saisi en revanche c’est qu’il avait carte blanche pour bastonner la racaille et mettre sous bonne les survi…les prisonniers. Apparemment Las Camp était la plaque tournante d’un sombre trafic : armes, drogues, dials, joints d'étanchéité pour conduit d'évacuation de climatiseur de morgue…et d’autres sortes d’engins mortels. Or si la Marine fermait généralement les yeux sur ce genre de choses, la recrudescence pirate avait entraîné l’Etat Major à faire des grands coups d’éclats sous forme de saisie. Comprendre : risquer la peau de braves ours dans son genre pour faire des jolies photos d’un tas de merde dont personne n’avait rien à cirer.

Mais bon, il s’agissait de faire passer un message, un genre de symbole. Avec ces conneries le symbole qu’ils allaient sûrement récolter, un jour ou l’autre, allait être quinze gusses en uniformes bleus et blancs truffés de plombs avec la tête dans un endroit sombre où le soleil ne brille jamais. L’ours randonneur pourtant était bien décidé à faire péter le compteur des pertes du côté adverse aujourd’hui. Il se sentait prêt, un vrai guerrier de la marche prêt à foutre ses crampons en travers de la gueule du moindre gêneur. Il ne pouvait pas en dire autant de sa troupe dont il pouvait renifler la peur – un parfum d’urine si particulier – et entendre d'ici les fesses faire bravo. Mais il comptait bien compenser. D’ailleurs l’occasion allait lui en être donné dans peu de temps. Les larges portes du hangar étaient encadrées par la troupe scindée en deux, prête à investir la place aux ordres de Paddington. Celui se mit bien en face de l’entrée d’une démarche pesante, piolet bien en main. Les battants devaient bien mesurer deux mètres trente mais la porte était à peine assez haute pour correspondre à son généreux gabarit. Aussi grande pouvait elle être il n’allait pas moins en venir à bout d’un bon coup de pied mais il lui fallait une phrase d’entrée qui allait en jeter un paquet, de quoi faire chier dans son froc ces rats des docks. Un truc bien percutant…un genre de menace. Ou bien du classique : « les mains en l’air personne ne bouge ! ». L’ours randonneur se décida de s’en tenir au plus simple, seulement il ne devait pas se foirer. Il inspira un grand coup et balança son pied en travers de la porte qui éclata comme sous l’assaut d’un bélier dopé aux amphétamines. L’assemblée en pleine transaction se figea pour se tourner vers l’ours qui avait fait son entrée, la lumière crue de l’intérieur lui donnant comme une sorte d’aura héroïque.

- Tout le monde en l’air bande d’enfoirés !

Et merde pour la punch-line.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sung Weoo
蛟龙 - Jiao Long
avatar

Messages :
50
Localisation :
Las Camp
Fruit du démon :
Hito Hito no mi : Modèle Daibutsu ( Réservé )
Grade / Métier :
Sbire de Luther

Feuille de personnage
Doriki: 410
Berry's: 21 000
Réputation/Prime: 0
MessageRe: Tonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]    Mar 3 Mar - 12:23
Tonnerre sur les docks
feat. Paddington Supertramp
Onomatopées.. Weoo



Cagoule posée sur la tête, j'étais assis là, sûrement au beau milieu d'une pièce, une grande pièce ! En tout cas, c'était le froid qui me faisait dire ça... Mais comment avais-je fini sous cette cagoule ? Bonne question. Mauvais endroit, mauvais moment... C'est comme ça que ça se passe ici a Las Camp ! Enfin, je parle de cet endroit comme si c'était un réel enfer, loin de là ! Le vent qui soufflait le matin, l'odeur des... Ouais bon, j'vous l'accorde, c'est un peu la merde.

▬ Allô ? Allô ?

Pas de réponse, du moins, pas les premières fois, puis soudain, un grognement... Non-non, loin d'être celui d'un monstre, plutôt de quelqu'un d'énerver. Je le sentais tourner autour de moi, je sentais son regard qui se posait sur moi alors que j'agitais la tête dans tous les sens, incapable de voir quoi que ce soit.

Puis la lumière revint lorsqu'ils m'ôtèrent la cagoule de sur la tête, un, deux, trois, quatre types se tenaient autour de moi et me regardaient avec un sourire plutôt sadique... Ils s'imaginaient quoi ? Me prendre en otage pour une rançon quelconque ? Mais on était sur les docks ! Ce territoire appartenait à la famille, eux... Ils devaient visiblement n'être que de petits bandits pas assez intelligents pour comprendre le fonctionnement de cette île.

▬ Vous savez..

▬ La ferme !

Ce territoire appartenait à la famille, eux... Ils devaient être sur les nerfs... Bon, peut être qu'ils ne voulaient pas savoir que leurs liens n'étaient pas assez serrés. Peut importer, je les regardais sans dire un mot, arborant un air blasé sur le visage pendant qu'ils déblatéraient à mon sujet, des braqueurs amateurs !

▬ Les gars ! On ne peut pas se permettre d'attendre plus longtemps... Vous êtes idiots ou quoi ? C'est évident que c'est qu'un pauvre ! Regardez-le ! Il ferait pitié à un bousier !

Une veine de colère commençait à pousser sur mon front, c'était de moi qu'ils étaient en train de parler ? Les enflures ! J'ai brassé plus d'argent que la somme totale de ces quatre types réunis, et ils osaient m'appeler pauvre ? Ça c'était la meilleure !

▬ Bon les nazes ! Ça suffit ! Maintenant faut me relâcher, j'ai été assez patient jusque-là, mais maintenant ça suffit !

L'un d'eux s'était approché de moi avec une sale tête, l'air de dire qu'il avait bien l'intention de me casser la gueule, tandis que je haussait les épaules histoire de lui faire comprendre mon « rienafoutrage » il s'approchait, élançant son bras alors que je déchirait les liens, élançant mon coude droit dans son menton. Le cassage de gueule était total, K.O technique dès lors qu'il heurta le sol

Ses collègues le regardaient, puis me regardaient moi... Puis lui et ainsi de suite pendant cinq bonnes minutes avant qu'ils ne réalisent qu'en plus d'avoir un allié a terre, j'étais maintenant libéré de tous mes liens et étais assis sur cette chaise dans le plus grand des calmes.

Un dernier sourire était encré sur mon visage, tandis que je me levais, craquant mes doigts histoire de me donner un air inquiétant.

Et puis.. BIM, BANG BADABAP BOOM.

▬ Tout le monde en l'air bande d'enfoirés !

Au moment où j'avais fini de les tabasser, la porte s'était ouverte, accompagnée d'une phrase à faire réfléchir le plus sage des philosophe au sujet du cake au fruits... Puis, un ours venait d'apparaître...

Mon regard venait de se poser sur l'ours qui venait d'entrer... Puis après avoir poussé mon plus beau grognement, j'étais reparti dans la direction opposée, après tout, je venais de me faire enlever, je venais de casser la gueule à mes ravisseurs alors cet ours brun qui parle... C'était trop...

Oh, mais attend... Un ours ?!

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Paddington Supertramp

avatar

Messages :
26
Fruit du démon :
Hito hito no mie
Grade / Métier :
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Doriki: 700
Berry's: 105,000
Réputation/Prime: 0
MessageRe: Tonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]    Mer 4 Mar - 1:01

Malgré une entrée passablement ratée, que Paddington préférait pour sa part de qualifier « d’original », l’ours randonneur sentait monter en lui un feu héroïque, prêt à distribuer les pains dans la tronche comme un boulanger un jour de fête. N’ayant entendu aucun coup de feu accueillir leur courageux et fougueux supérieur, l’escouade de Marine avait surmonté sa couardise pour investir les lieux, après une prompte évaluation stratégique que leurs petites fesses ne craignaient rien. L’ours randonneur passa allègrement sur le fait que ces enfoirés de planqués comptaient sur lui pour faire figure de bouclier humain. Mais rien ne pouvait entraver sa détermination enflammée à venir à bout des forbans et de la racaille pour imposer la justice et la…Et nom d'un manteau qui dit la vérité tard ! Mais c’était que l’ennemi c’était même pas donné la peine d’être conscient et prêt à la baston à son arrivée ! Non mais c’était une façon d’accueillir les gens ça ? A s’étaler sur le sol à jouer les grands blessés ? Même s’il devait avouer que certains feignaient de façon splendide avec leurs membres soit disant cassés et tout ce faux sang. Pour certains en revanche c’était furieusement sur-joué, avec ces yeux exorbités, les gémissements de mourants et l’air livide. Non franchement s’ils comptaient échapper à leur sort en…

-Je crois qu’ils sont comme qui dirait tous hors d’état de nuire sergent.

Un temps de latence suivi de la part de l’Ours randonneur qui regarda fixement le corps à ses pieds avant de le pousser du bout du piolet. C’est vrai qu’il n’était pas très réactif celui-là, mais de là à le ranger au rang des macchabés.

-T’es médecin peut être ? C’est sans doute une ruse.
-Ben celui-ci à réussi à ruser un pouls qui s’arrête.

…Par les Après-Skis du Grand Alphonse Robichut ! Quelqu’un lui avait volé sa belle mission ! Et la première en plus ! Est-ce qu’il allait lui coller des mandales aux pirates de ses voisins ? Non ! Chacun garde ses truands à rétamer et les Rois des Mers seront bien gardés ! Il pensait s’en sortir avec un affrontement héroïque où il pourrait laisser s’exprimer sa viol…compétence et gagner les mérites de ses supérieurs et voilà qu’il se retrouvait à patauger au milieu des blessés, des inconscients et des mourants. Décidément Las Camp était vraiment pas à la hauteur de sa réputation. Bien que bouillonnant en silence, Paddington pouvait presque sentir le soulagement palpable de ses auxiliaires qui n’en revenait pas de leur veine. L’ours ignora ces boulets pour examiner la scène et percer le mystère des connards-dans-les-vapes-dans-une-salle-close. Son œil expert releva des indices : des cordes, une cagoule, une chaise, un homme qui court au loin pour s’échapper…Mais…Mais oui ! Ces types sur le sol avaient sûrement dû subir l’attaque déloyale de cet espèce d’individu tout sec vaguement bronzé à l’allure louche. Pour le Marine c’était plié : on ne fuyait pas une scène d’un crime à moins d’avoir sérieusement quelque chose à se reprocher. Paddington gueula l’alerte.

- Coffrez-moi le fuyard là-bas !
- Je suis pas certain qu’il y soit pour grand-chose Sergent-Chef…m’est avis que c’est un civil qui…tenta de répliquer le plus proche soldat d’un air conciliant avant d’être interrompu par l’ursidé marcheur.
- Groumpf ! Je veux pas le savoir ! On le met sous bonne garde avant d’éclaircir tout ça. On appelle ça un présomptage de coupabilité…une présimp…une présum…J’aime pas sa gueule !

L’affaire était pliée et les premiers coups de feu retentirent dans l’air, les balles sifflant aux oreilles du fuyard. Paddington s’élança à sa poursuite de sa démarche pesante, écartant les lourdes caisses sur son chemin comme s’il s’agissait de jouets. Le gaillard pouvait bien chercher à fuir il n’irait pas bien loin : l’endroit était entièrement cerné et il n’y avait aucune porte de sortie à sa connaissance. D’un autre côté si le gusse avait réussi à mettre KO une dizaine de personnes il devait avoir les moyens de se créer sa propre porte. Ce qui n’encouragea que davantage l’officier ursidé à accélérer la cadence, sans prêter attention au fait qu’un raffut considérable venait d’être déclenché au sein d’un endroit particulièrement sensible à ce genre d’éclats. A peine cette idée commença-t-elle à germer dans son esprit qu’une bande de joyeux drilles en armes déboula sur le flanc attirée par le bruit comme des mouches par une…Bref ! Ils ne venaient pas pour distribuer des bouquets de fleurs enroulés de dentelle. Cela ne semblait pas être le genre de la maison et la volée de coups de feu qu’ils déclenchèrent ne fut pas réellement utile pour le confirmer. Les Marines s’abritèrent derrière les caisses, s’engageant dans un échange de tir nourris tandis que leur supérieur était toujours sur les basques de celui qu’il tenait pour responsable de ce désastre.

-Groumpf ! Plus un geste ! Par la Boussole de Karl Verglas ! Je vous mets en état d’arrestation !

S’il y avait quelque chose de comique à voir un ours armé d’un piolet poursuivre un homme en bandana torse nu Paddington ne le releva pas. Ce qu’il releva en revanche fut les trois forbans venant de face qui allaient intercepter sa cible. Le temps d’y arriver ils allaient au moins lui permettre de gagner un temps précieux pour mettre la main sur ce désastre ambulant et le faire payer de ses crimes. Dont l’un principal était d’avoir marché sur ses coussinets en salissant sa belle mission, or l’article n°354 alinéa 3 du Code des Randonneurs énonçait clairement « œil pour œil, mon coussinet dans ta face ». Or l’ours randonneur comptait précisément sur ce cas là être précisément fidèle à son code.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sung Weoo
蛟龙 - Jiao Long
avatar

Messages :
50
Localisation :
Las Camp
Fruit du démon :
Hito Hito no mi : Modèle Daibutsu ( Réservé )
Grade / Métier :
Sbire de Luther

Feuille de personnage
Doriki: 410
Berry's: 21 000
Réputation/Prime: 0
MessageRe: Tonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]    Mer 11 Mar - 17:04
Tonnerre sur les docks
feat. Paddington Supertramp
Onomatopées.. Weoo



La situation était presque comique, moi en train de fuir alors qu'un ours était a mes trousses et pourtant, on était même pas en pleine forêt ! J'avais plus peur de cet animal fou-furieux que des balles qui fusaient tout près de mes oreilles.

Faisant tomber tout un tas de caisses sur mon passage, je tentais tant bien que mal d'arrêter ce... Truc géant derrière moi ! J'en étais même arrivé à pousser des cris de chimpanzé suite a la peur engendrée, mon enlèvement n'était plus qu'un lointain souvenir désormais

Mais je ne savais pas ce qui était le pire, me faire pourchasser par un ours, ou bien me faire pourchasser par un ours qui parle... D'un coté, les deux menaient sûrement au même dénouement.. je n'avais réellement pas envie de finir en pâté pour... Ours, alors que je me faufilais entre les caisses pour me frayer un chemin, lui les défonçait... Pour se créer un passage plus large !

Situation plutôt amusante a regarder en vue du dessus, mais l'échange de balle semblait avoir trouvé une nouvelle cible, quand je regardais derrière moi, en plus de l'ours, il semblait y avoir un autre gunfight a l'entrée de l'entrepôt, peut être des camarades des gus d'avant.. puis face a moi, trois gus.

Que faire ? Me rendre ? Non, l'ours était bien trop terrifiant.. puis je n'avais pas envie de servir de tapis pour le restant de mes jours, peut être que les ours qui parlent faisaient pareil que les humains qui prenaient des peaux d'ours pour en faire un tapis ? Non, non non non !

▬ Wazaaa !

Sautant de toute ma détente, j'envoyais mon genou droit dans la tête du narvalo posté en face de moi, brisant la fenêtre derrière lui et laissant sous le choc ses deux camarades, l'atterrissage ne fut pas très douloureux pour moi, après tout l'autre gros lard m'avait amorti la quasi-totalité de la chute.. par contre lui, c'était chaud ! Je ne saurais dire a l'heure actuelle s'il était conscient de ce qu'il venait de se passer..

Mais je m'oublie, il y avait toujours cet ours qui pouvait potentiellement me dévorer tout cru ! Quoi que, Cela dit, il y avait toujours les deux autres gars derrière ! Il fallait que j'en profite pour fuir... Oh, mais c'est quoi ça ?!

▬ Li main du lair !

M'avait dit ce soldat avec l'arme pointé sur moi, visiblement trop nerveux pour savoir ce qu'il avait à dire

▬ A plat ventre salopard ! Ne bouge pas ! Les pieds derrière la tête..

M'exécutant immédiatement, je me mettais à plat...

▬ LI MAINS DU LAIR !

Ah.. j'ai oublié de préciser que j'en bavais moins avec cet ours ?

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Paddington Supertramp

avatar

Messages :
26
Fruit du démon :
Hito hito no mie
Grade / Métier :
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Doriki: 700
Berry's: 105,000
Réputation/Prime: 0
MessageRe: Tonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]    Lun 16 Mar - 23:21

Paddington se sentait investit du pouvoir du Saint Patron des Buldozers, écartant d’un air vaguement irrité  les lourds chargements qui encombraient son chemin, quelques hurlements venaient ça et là signaler un quidam malencontreusement écrasé par une lourde caisse. L’ours randonneur se sentait joyeusement étranger au grand remue ménage qui l’entourait et les balles qui fusaient autour de lui étaient comme une douce brise. Enfin presque, parce qu’avec l’afflux régulier des truands du coin sur la zone le coin menaçait de devenir vite fait infréquentable. De fait, pour les Marines qui opposaient encore une vague résistance, il l’était déjà. Ces derniers avaient battus en retraite les lâches. Deux trois bras en lambeaux, et quelques cadavres sur le carreau, décidément il en fallait peu pour faire souiller leur pantalon aux petits gars. Ceux-ci avaient néanmoins choisis de faire preuve de leur virtuosité stratégique en adoptant une manœuvre de replis tactique connu sous le nom de « technique du lièvre » ou plus familièrement « les marrons chauds au cul ». Paddington se retrouvait donc seul à la poursuite de son bousilleur d’opération qui ne se débrouillait lui-même pas mal pour échapper à son sort. Plusieurs des truands locaux venait de succomber à ses assauts énergiques et pour le moins acrobatique. L’ours marcheur de la Marine ne goûtait guère aux arts martiaux et se contentait pour sa part d’appliquer une technique longuement éprouvée et efficace : le « lancer de casse burnes crapuleux ». Cependant l’opposition était si nombreuse qu’il en vint à perdre de vue sa cible.

Le vaillant randonneur tourna le regard vers une des cloisons sur laquelle figurait une fenêtre brisée. Pensait-il qu’il allait s’en tirer à si bon compte ? D’un pas décidé il s’orienta vers le chemin le plus court pour se sortir de ce pétrin devenu subitement dangereusement surpeuplé en pirates et mafieux, c'est-à-dire à travers champ. Un cuistre eu le mauvais goût de lui couper le chemin.

-Holà l’ami ! Pas moyen de te laisser t’en tirer d’ici ! Je te défis en…

Non. Paddington n’avait pas de temps à accorder à des personnes qui l’arrêtait à l’exclamation de « holà l’ami » ni de répondre à un quelconque défi. D’ailleurs c’était quoi cette pratique toute humaine de « défier » son adversaire ? Ils avaient quelque chose à prouver ou quoi ? L’ours aurait pu user de sa formidable capacité à parler pour faire connaître son empressement mais il se contenta d’emmener brutalement le gêneur dans sa course, s’en servant malgré lui comme d’un efficace et bienvenue bélier. Enfin dehors ! Il goûta avec bonheur l’air presque frais des docks, qui malgré tout commençait à sentir le roussi à entendre les échos lointain d’une foule nombreuse, en armes et visiblement mécontente qui affluait sur les lieux. C’était que le dock à présent en feu était devenu un foutu beau point de ralliement. L’effet n’aurait pas été plus efficace que si un drapeau avait été monté indiquant clairement « C’est par ici que ça se passe ! ». Nom d’un Mister Freeze ! S’il y avait bien un moment choisi pour décamper il apparaissait à Paddington que celui-ci en était un bon. Pas besoin d’user d’un sixième sens animal pour deviner le sort qui allait les attendre. Or l’ours randonneur n’était pas encore prêt à devenir une descente de lit. Fort heureusement, et à sa surprise, l’emmerdeur avait été maîtrisé par un de ses hommes. Groumpf ! Personne ne pouvait dire que le fiasco était total à présent ! Certes les quelques hommes laissés sur le carreau figurait comme une ombre au tableau, mais le principal était d’avoir mis la main sur le trublion. L’autre inconnu en revanche allait être de s’enfuir des lieux.

-Pas le temps de faire des conneries de contorsionnistes ! Groumpf ! Je vous mets en état d’arrestation, vous avez droit de garder le silence et de bouger vos guibolles pour se tirer d’ici ! Obstruction à la justice ça va vous menez droit au tribunal mon ptit père ! C’était quoi cette idée de faire irruption dans mon opération ? Z’avez été engagé ?

Des questions ils en auraient d’autres, mais une vie il n’en avait qu’une. Aussi Paddington se préparait-il à devoir décoller des lieux, ce qui allait s’annoncer comme une foutue quête de légende, les docks étant déjà généreusement garnie en crapules prêt à se farcir du Marine. Et il ne parlait pas de cuisine, même si dans son cas tout pouvait arriver.

[HRP: Désolé de la qualité/longueur du post, c'est un peu bâclé mais c'est dans l'idée de ne pas te laisser tomber x). Désolé de conclure aussi vite. Je pense conclure définitivement au prochain post pour te laisser au moins le loisir de répondre]

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
♫ Voyage voyage ♪ @Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageRe: Tonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]   
Revenir en haut Aller en bas


 Tonnerre sur les docks [PV Sung Weoo]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Falling Skies :: L'aventure commence :: Les Blues :: West Blue :: Las Camp-