▬ Welcome back, Undead.Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
Message▬ Welcome back, Undead.    Jeu 9 Avr - 18:47


Undead Ban

₪ Welcome back, Undead ₪
/w O.N Bluen Campbell


« Il est certes effroyable de vivre quand on ne veut pas, mais il serait plus épouvantable encore d'être immortel quand on veut mourir. »
Encore cette lumière. Celle-là même que le Banni a fui en se faisant enchaîner dans ce lieu insalubre, oublié de mémoire d'homme. L'acier introduit dans ses muscles a perdu de son froid mordant, tout ceci semble mascarade futile, le roi burlesque qu'il représente lassé de n'être qu'une partie de son trône. Il est dur de croire que sous ce pelage terne et ces yeux vitreux, une étincelle de vie flamboie, après toutes ces années de placidité dans ce corps squelettique. Le grincement caractéristique des gonds résonne tandis que la porte s’entrouvre, sans réaction de sa part. Dans le pas de celle-ci apparaît une jeune fille d’à peine la vingtaine, blonde comme les blés. Ses yeux carmin la jauge derrière les paupières mi-closes du Non-Mort, comme s’il s’attendait à voir quelqu’un d’autre, puis elles se détournent, un rictus de déception mêlé d'amusement se gravant sur son faciès. Il a cru avoir atteint son but et être enfin auprès d’elle mais c’est une erreur. Roki ne la rejoindra pas en restant ici, il l’a saisi. Un déclic a eu lieu, et son comportement change du tout au tout. Son habituelle lumière malsaine embrase ses iris,  ses canines apparaissent entre ses lèvres retroussées tandis que des spasmes calculés démontrent la vie l’habitant. « Alors c’est pas une légende, y a vraiment un foutu monstre là-dedans, nyahahahaha. » La voix féminine se perd dans l’écho de la geôle de fortune, sans avoir de réponse de la part de l’enchaîné. La seule chose qui s’en rapproche est le début d’activité physique dont il fait preuve. Jericho palpe sur son échine le zéphyr d’une aura méphistophélique, elle se sent Pandore face à la boîte.  


Qu’est-ce qu’elle a fait ? Elle n’en a aucune idée, mais cela aura des conséquences et elle s’en doute déjà. Son rire s’est éteint et il naît en elle une dérangeante envie de fuir, loin de cet être singulier. Sans le moindre signe précurseur, il se lève, ses liens rouillés grinçant et s’arrachant de ses meurtrissures tandis qu’il est debout face à elle. Droit, les paumes de ses pieds pataugeant dans une mare de son propre sang, il fait craquer bruyamment sa nuque d’un mouvement calculé sans décrocher son regard de celle qui cherche visiblement ses mots, troublée par tel spectacle. « Va-t’en gamine, c’est pas un endroit pour toi ici. ♪ »  Sa voix gutturale s’infiltre dans les galeries, tandis que Jericho trésaille pour se reprendre. « On m’a envoyée ici pour te chercher, des gens importants veulent te voir et je ne peu.. » Elle n’a pas fini sa phrase que déjà l’hominidé à la crinière azurée a disparu de son champ de vision, analysant le couloir pour trouver son chemin d’un air presque enfantin. « ATTEND ! » Extrayant de sa cuisse le clou servant à le retenir, il le laissa tomber au sol tout en tournant le dos à son interlocutrice, marchant dans le plus grand des calmes vers ce qu’il estime être la sortie. * Si tu le prends comme ça alors je te ramènerai inconscient, ou mort...* Persuadée de pouvoir venir à bout du Renard de l’Avarice, elle fonce épée dégainée en visant sa colonne dans une myriade de coups.

Dans un mouvement qu’elle ne peut pleinement déchiffrer, il a bougé assez vite pour se superposer à ses gestes et les seules choses qui se trouvent coupées sont sa chevelure et sa barbe. Un homme nouveau pourvu de tel aspect, elle est surprise et ce moment lui suffit pour passer si vite proche d’elle que la demoiselle se retrouve en petite tenue. « Merde alors, c’est un peu trop p’tit pour moi cette armure. » Laissant tomber l'ensemble récemment dérobé, il quitte l’endroit torse nu.

La caresse du vent est agréable, il ne l’a pas ressenti depuis longtemps. Humant l’air comme un canidé, les yeux rivés sur la voûte céleste, l’endroit couvert de végétation ne lui rappelle absolument rien. Se grattant le haut du crâne, Roki continue son chemin en laissant derrière lui la femelle désorientée.


[...]


Après quelques péripéties, voilà que le Renard a su trouver le moyen de changer d’îlot pour finalement atterrir sur Las Camp. Livré à lui-même pour son plus grand plaisir, ses pieds nus foulent les pavés d’une ville riche en senteur et animations diverses, qu’il observe tel un vieillard sur son banc vermoulu. Soudain les effluves d’alcool atteignent ses narines, le poussant à s’introduire dans un troquet. La plèbe s’interroge, tandis que sans vergogne il attrape une chopine ne lui appartenant pas et la vide. Un sourire béat accroché sur son faciès laiteux, il réitère l’opération jusqu’à qu’enfin,  un des spoliés estime qu’il est temps de le remettre en place.

Se penchant juste assez pour esquiver un coup de surin à la jugulaire, Roki l’envoie valser d’un coup de genoux dans les testicules tout en laissant tomber dans sa bouche grande ouverte les dernières gouttes d’hydromel, qu’il ne tient visiblement pas bien. Déjà pompette, il quitte l’endroit délabré sous les appréciations plutôt mauvaises de sa performance, à la recherche de quelque chose d’intéressant à faire. Las d’être à moitié-nu, il a dérobé au gérant un tablier qu’il revêt avec plus ou moins de réussite, sa dégaine provoquant les pouffements de certains.

Au loin, les lumières d’un casino provoquent son intérêt. Il n’en a jamais vu auparavant et curieux, il en prend la direction tout en bousculant allègrement les concitoyens sans réelles intentions de nuire. S’étirant devant les portes de l’endroit, les deux gorilles assignés à l’entrée le fixent avec froideur et il essaie de pénétrer l’établissement mais se voit retenu par deux paumes contre son torse. « Désolé, tenue correcte exigée. Va donc nous faire un steak-frites le cuisto’ » Cherchant la raison des sourires niais des deux comparses semblant fiers d’eux, il baisse le menton pour regarder son accoutrement. À l’intérieur la fête bat son plein et envieux, il ignore leurs propos pour essayer de rentrer, encore. Le même schéma se reproduit et la patience de Roki commence à fondre comme neige au soleil. « Vous commencez à être chiants les bonobos. ♪ » Leur adressant son sourire carnassier, jamais bon présage, le terme employé ne semble pas plaire et une droite vient heurter sa pommette, son dos frappant le limon.

Se relevant sans grande peine, sa main gauche se mue en poing, et il marche vers eux serein. Le garde de gauche s’apprête à dégainer un couteau de chasse mais le coude de l’éphèbe l’en empêche, brisant deux ou trois de ses molaires. Le second tente de réagir mais dans un mouvement invisible à son œil, le Non-Mort apparaît dans son dos et son talon vient briser sa colonne vertébrale dans un craquement bruyant. Débarrassé de ces deux empêcheurs de tourner en rond, il pénètre dans le club enjoué sous les habituels regards médusés, découvrant nombres d’inventions non-présentes à l’époque où il était encore libre.











_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


« Run but you can't hide: white flags
You can pull em out fast and tell me your last goodbye
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 ▬ Welcome back, Undead.Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Falling Skies :: L'aventure commence :: Les Blues :: West Blue :: Las Camp-