Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sephiran
Membre du CP6
avatar

Messages :
173

Feuille de personnage
Doriki: 725
Berry's: 284 500
Réputation/Prime: 0
MessageChapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Mar 6 Jan - 22:21







“ Chapitre 1 „



Feat. Jon Jones



Tout a un début et une fin. L'histoire de Kagami prend donc début ici. Souvent, les pirates ont une aventure formidable qu'ils vivent ensemble, mais dans le cas de Kagami, il vit également une aventure, mais une tellement grande qu'elle pourrait continuer même après sa mort. Il a été séparé de Silver pour cette petite mission solo. Il n'y avait pas besoin de plus d'une seule personne pour chercher des livres. La bibliothèque géante d'Ohara, malgré le buster call, Kagami veut découvrir s'il y a des choses à trouver dans ces ruines, n'importe quoi, une information ! Kagami ne connaît à vrai dire rien du tout à l'histoire du monde. On lui avait dit que des vérités cachés concernant le gouvernement ont de grandes chances de se retrouver ici, sur cette île. C'est pourquoi il se dépêcha d'aller à leur rencontre. C'est tout con à dire, mais il avait peur d'y aller. Peur de découvrir la vérité, une vérité encore plus sombre sur le gouvernement, une vérité qui dit "Craignez le gouvernement, pauvres fous !" dût à ce qu'il est capable de faire à ses ennemis. Tout ce qu'il savait, c'est que le peuple d'Ohara savait lire une certaine langue, une langue unique, mais aussi que plus personne ne visite Ohara désormais, de peur de voir la tragédie. On dit que même les corps n'ont put faire que pourrir depuis le dernier siècle, sans personne pour les pleurer. Tout en descendant du bateau après s'être rappelé son but, il fit un geste de la main pour dire aux gens de rester sur le bateau et d'amarrer tout simplement. Kagami était venu avec deux marins anonymes qu'il ne connaissait pas vraiment. Bien entendu, il est venu sous mission officielle d'assassiner quelqu'un sur une autre île, là, c'est juste son temps libre qu'il utilise. Kagami est du genre curieux, c'est pourquoi il tenait absolument à venir ici, économisant du temps car il a quand même encore une semaine pour sa mission officielle.




Dès qu'il descendit du bateau, l'air sentait mauvais, mais très mauvais. Il trouvait cela fort désagréable, de base, n'étant pas un fumeur, il déteste le tabac, mais alors là, c'était une impression de tabac pourri ! Sur ces mauvaises impressions, il se mit en marche vers l'arbre d'Ohara, se demandant ce qu'il y aurait à voir. On lui avait dit que la bibliothèque est dans l'arbre, mais devant lui, l'arbre sentait déjà un peu mieux, mais ça sentait encore un peu le souffre et le brûlé, malgré que les vestiges montrent clairement des plantes qui ont poussés par dessus les ruines. Le jeune agent du CP6 fit donc plusieurs tours de l'arbre afin d'observer les moindre détails, rien à signaler, il ne trouve décidément rien de bien louche. Il ne semblait y avoir rien à faire, c'était simplement et purement une perte de temps.

*Il doit forcément y avoir une attrape, quelque chose de caché ici, sinon, on ne me ferais pas venir. Mais en même temps ... c'est quoi ces conneries ? Il n'y a même pas un fourmi qui vive ici.*




Après quelques heures de recherches, Kagami a décidé de se faufiler entre les branches pour aller y voir plus clair. C'était immonde ! Il n'y avait que du bois, du bois et de la mousse verte dégueulasse partout ! Trouvant cela répugnant, Kagami recula, sortant des branches et se mettant à les découper avec sa lame rapidement pour se frayer un chemin. N'ayant toujours rien trouvé, il se mit alors à découper le bois de l'arbre directement, se créant un petit carré pour entrer à l'intérieur.

C'était merveilleux ! Il restait encore des morceaux de feuilles non brûlées et des livres ! Kagami fut agréablement surpris en voyant ce qu'il en restait, mais il ne pouvait tout de même pas tous les emporter avec lui, c'est pourquoi il décida de se mettre à prendre tout ce qu'il y avait d'intact, c'est-à-dire, peu de choses. Après avoir emporté avec lui tous ces merveilleux items, il les ramena jusqu'au bateau pour retourner dans l'île et fouiller les maisons cette fois-ci.




Les maisons aussi étaient assez déserts. Il ne se sentait pas très bien, il faut dire, les squelettes et les ruines sont pas des choses les plus agréables à voir, surtout quand ce n'est pas lui qui les a causé. Regardant dans toutes les maisons des moindre recoins, il en déduit que seulement peu de gens étaient dans leur baraque durant le fameux dit buster call. C'est alors que tout en marchant, il se sentit soudainement observé. Enfin, il ne se sentait pas tant observé, mais il avait l'impression de ne pas être seul, mais il n'avait pas la firme impression d'être forcément celui qui est prit en filature. La meilleure façon de vérifier, c'est bien entendu de le provoquer. Utilisant ses oreilles au maximum, il s'approcha de là où il pouvait entendre du bruit et déclara simplement haut et fort une provocation, même s'il en avait aucune idée et risquerait peut-être de parler à un écureuil ...

"Sors de là, je sais que tu es là !"












_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
À vos marques, Prêts ? Partez !







La course est serrée !


Dernière édition par Kagami Sephiran le Ven 9 Jan - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Jeu 8 Jan - 1:59
Le monde change, le monde part en couille. C’est vrai, rien ne va plus, rien ne tourne rond. Toute tourne mal. C’est le genre de mentalité que possède Jones en ce moment même alors qu’il est arrivé sur l’île d’Ohara. Une île ou plutôt une terre morte depuis l’attaque du gouvernement à son encontre. Le Buster Call l’a frappé de plein fouet et l’île fut complétement détruite. Certains disent qu’il n’y avait personne sur le rocher quand l’attaque a eu lieu, mais c’est tout l’inverse que pense celui qui se fait aujourd’hui appeler « Bones ». L’ancien moine aujourd’hui convertie à la piraterie sait à quel point le gouvernement peut être fourbe et il sait de quoi il est capable quand il veut se débarrasser de quelque chose. Il en est d’ailleurs la preuve vivante. Il est d’ailleurs peut-être même recherché en ce moment même pour s’être enfuit de son île natale et est sûrement considéré comme le dernier représentant encore vivant des Assassins dans ce monde. C’est pourquoi il a décidé de se rendre sur une île comme Ohara. Une île à moitié détruite, quoi de mieux pour se cacher de tout le monde et ne pas être reconnu ? Enfin, avec son accoutrement il fallait dire qu’il ne faisait rien à moitié. Il portait un long manteau noir et une capuche de la même couleur. Son visage était presque complétement caché, voir qui il était,  était impossible sans se rapprocher un minimum de lui. C’était ce que voulait Jones, que personne ne puissent le reconnaitre et c’était un déguisement parfait pour ça. Il avance doucement dans la forêt tout en prenant garde à regarder autour de lui et à surveiller ses arrières. Un expert en assassina comme lui ne peut être repérer même dans un endroit comme celui-ci. Il sait comment se mouvez sans faire le moindre bruit et c’est ce qu’il fit.

Jones arriva dans une sorte de petit village. Les maisons étaient ouvertes, les portes d’entrés étaient complétement open. Le vent en faisait bouger quelque une et provoqua un grincement. Un sourire sur le coin des lèvres de Jon, mais il continuait d’avancer. Il ne fallait pas qu’il s’arrête. Il devait trouver un endroit ou passer la nuit et il n’était pas au bout de ses surprises si vous voulez mon avis. Il avançait pas à pas sans trouver personne. Il décide alors d’entrer dans une des maisons complétement vide et commença ses recherches. Il y avait plusieurs objet dedans, mais la majorité des choses étaient poussiéreuses et sans la moindre utilité. C’est alors qu’il entendit un bruit et se cacha directement pour voir ce qui se tramait là. Une fois caché, il observa les alentours et aperçu un homme. Il reconnut directement l’uniforme du gouvernement. Il fallait qu’il fasse attention, l’homme semblait chercher quelque en plus puisqu’il regardait dans toutes les directions. Celui qui se faisait appeler « Bones » enleva alors directement sa capuche d’au-dessus de sa tête et sortit doucement de la maison juste après que l’homme en face de lui, enfin le membre du gouvernement en face de lui, lui en donna l’ordre. Un sourire carnassier sur le coin de ses lèvres, il s’approcha de son ennemie les mains en l’air puis quand il est assez près, Jones descendis une de ses mains et la tendis a l’inconnu. Une technique comme une autre car il avait repérer la lame accroché autour de sa ceinture, et engagé le combat directement contre un combattant à mi-distance comme celui-ci n’était pas une bonne idée. Il fallait qu’il soit assuré qu’il soit un membre du gouvernement pour voir ce qu’il allait pouvoir faire par la suite. Une distance de seulement un mètre cinquante séparait les deux hommes.


    ▬ « Désolé si je vous ai surpris, mon nom est Jon Jones, mais on m’appelle « Bones ». Je ne suis qu’un simple marchand, rien de plus ni de moins. Je venais chercher la bibliothèque d’Ohara pour tenter de trouver deux trois trucs à vendre. Désolé de demander ça, mais à qui ai-je affaire ? »


Il était un bon comédien, il fallait l’avouer. Son sourire c’était transformé en sourire vrai, on voyait toutes ses dent carrément. Il était seul, donc il fallait qu’il la joue fine. Il fallait qu’il se débrouille pour connaitre son identité et quand il le saura, il sera fixé. Il saura enfin s’il est bien là à sa recherche pour le tuer ou pour autre chose. De toute manière, Jones est plus que paré a toute éventualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sephiran
Membre du CP6
avatar

Messages :
173

Feuille de personnage
Doriki: 725
Berry's: 284 500
Réputation/Prime: 0
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Jeu 8 Jan - 2:42







“ Chapitre 1 „



Feat. Jon Jones



Ce sourire que Jon lui adressait, ce sourire était ... effrayant. Pour un gars comme Kagami qui vit avec des gens ultra sérieux, ce sourire le rendait plutôt un peu nerveux, ne trouvant pas cela nerveux. Il haussa alors un sourcil après l'avoir entendu finir de parler. C'était étrange, un marchand risquerait-il de venir jusqu'ici ? Même si c'était le cas, le gouvernement ne le laisserait surement pas partir. En tout cas, même sans le tuer, Kagami ne pouvait pas dévoiler son identité à cet homme, il est très dangereux qu'il puisse témoigner de la présence secrète de Kagami en ces lieux. Ils étaient donc devenus complices par défaut. C'est marrant, mais le jeune assassin n'avait rien contre les alliances surprises. Enfin, il n'avait donc pas l'intention d'affronter cet homme, malgré que c'est très possible que cet homme soit aussi bien dangereux ou même très fort. Après tout, pour pouvoir venir jusqu'ici, il fallait des moyens hors du commun.




Tout en réfléchissant, il s'approcha tranquillement, tout en lui faisant un sourire de retour. C'était assez sympa de la part de ce mec, de se présenter ainsi en premier. Mais tenait-il absolument à connaître l'autre homme ? Non, Il y avait une faille, pourquoi cet homme ne se méfierait-il pas ? Il est stupide ou quoi ? Enfin, c'est le moindre que l'on puisse dire, s'il est stupide, il ne saura pas se la fermer devant le gouvernement. Passer inaperçu passant en priorité par dessus le fait de ne tuer personne, Kagami se décida d'agir. Il se mit à le regarder avec un doux sourire, montrant un peu plus de compassion, juste avant d'utiliser le Soru pour se déplacer directement devant l'homme, pointant ses doigts vers sa gorge, le regardant en changeant son regard soudainement.

*Une lame n'en trompe pas une autre lorsque les deux s'affrontent ... Voyons voir ... si jamais c'est un amateur, je lui ferais peur et il va me supplier de l'épargner, auquel cas je le tuerais, si c'est un bon combattant, je me battrais en défensive, puisque je ne connais rien ni de sa force ni de ses pouvoirs.*




C'est alors que Kagami s'immobilisa devant cet homme, se demandant quelle sera sa réaction. Dans sa seconde main, il tenait fermement son parapluie, comme à son habitude, prêt à en dégainer le sabre pour se défendre au moindre mouvement de son adversaire. Quant à ses jambes, cette technique les avait plutôt usés sur le coup, il n'avait pas encore l'habitude de prendre les gens par surprise, donc ça l'avait déjà un peu limité. Il lui faudrait au moins un bon 2 minutes avant que ses jambes puissent utiliser le Soru de nouveau, donc ce mouvement était probablement un peu con de sa part.

"Ne perdons pas de temps, si tu es réellement ce que tu prétends être ... c'est dommage pour toi, mais tu vas mourir."












_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
À vos marques, Prêts ? Partez !







La course est serrée !


Dernière édition par Kagami Sephiran le Ven 9 Jan - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Jeu 8 Jan - 4:03
Il était seul et pourtant, rien ne pouvait dire contre qui il allait se battre. C’est vrai, son adversaire du jour était un membre du gouvernement. Il était accoutumé de cette façon. Jones savait que les personnes du gouvernement étaient très dangereuses. Il savait qu’il y avait parmi eux qui avaient mangé un fruit du démon, tout comme lui. Et puis merde, c’était lui ou Jon. Et avec les gestes du membre du gouvernement, l’ancien assassin allait confirmer le fond de sa pensée. En effet, il savait qu’il n’était pas normal de le voir ici et qu’un combat allait éclater. Il savait aussi qu’il pouvait se faire avoir et tomber contre un os, mais pour quelqu’un qui se fait appeler « Bones », tomber contre un Os ne lui faisait pas peur. C’est pourquoi, malgré la technique et la vitesse, il ne bougea pas d’un cil. Le combat allait être intéressant, voilà ce qu’il se disait a la place. Le sourire carnassier de tout à l’heure était revenu alors que l’homme du gouvernement en face de lui avait placé ses doigts justes devant sa gorge. Il était complétement à sa merci et pourtant, le sourire carnassier sur le coin de ses lèvres ne disparut pas d’un poil. Il s’accentua même. Combattre un adversaire était toujours plaisant pour un homme comme Jones, mais combattre quelqu’un de fort était plus excitant. Comment savait-t-il qu’il l’était ? Sa façon de se déplacer tout simplement. Sa vitesse démontrait son talent et sa classe. Pourtant, il n’était pas si fort que ça. Un assassin ne devait avoir aucune hésitation. Il devait frapper directement, sans prévenir quiconque. Et ça, à l’instar de son adversaire du jour, Jones savait parfaitement le faire. Il savait parfaitement mettre mal n’importe quel adversaire, il suffisait seulement qu’il s’approche assez et le tour était joué.

C’est ainsi que les choses sérieuses commencèrent directement. Lorsque l’homme prit la parole, Jon bougea instinctivement et pivota sur lui-même. Son coude remonta directement et son bras se plia en même temps avant de terminer sa course inéluctablement dans la mâchoire de son adversaire. Il venait d’utiliser une technique rare de Muy Thai, le Spinning Elbow. Une technique qui, effectuer par un maitre en art martiaux comme « Bones », était rapide et efficace. La suite ? Simple et logique me direz-vous. La puissance du coup et son emplacement déséquilibrer quelque peu le membre du gouvernement et Jon en profita directement. Il venait de créer une ouverture et il allait maintenant devoir s’engouffrer dedans pour faire encore plus mal à son adversaire. Et malheureusement pour le membre du gouvernement, il était en expert dans ce domaine. La douleur était son dada et il savait parfaitement faire mal. C’est ainsi qu’il profita de la douleur et du déséquilibre occasionner par son coup de coude pour se baisser et attraper les jambes de son adversaire. Le but ? Un Takedown bien entendu. Une fois baissé, il leva son adversaire et le fit s’écraser lourdement au sol d’un seul coup. Déjà qu’un Spinning Elbow reçu de plein fouet comme ça dans la mâchoire laissait des marques, alors un Takedown comme celui-ci signait son arrêt de mort. En effet, Jones était un expert dans les arts martiaux mixtes. Il savait donc passer d’un art a un autre et c’est pour ça que d’un coup, sans que son adversaire ne puisse se rendre compte, il changea de position en lui attrapant le bras pour une clé de bras ! C’était une prise de soumission, mais ce n’était pas un combat comme un autre. Soumettre son adversaire n’était pas le but, il fallait donc faire vite. Jon ne réfléchit pas. Il préférait agir de toute manière et c’est pour ça qu’il appliqua une torsion ainsi qu’une pression sur le bras de son adversaire … Craque. Il venait de lui briser complétement l’os du bras. Il n’allait pas y laisser la vie, mais c’était comme montrer ce dont il était capable a son adversaire.

    ▬ « Tu disais Cowboy ? Dommage pour ton bras, t’auras plus besoin de ça hein, tu permets ? »

Il se remit debout tranquillement en roulant en arrière tout en laissant son adversaire au sol avant de prononcer ses paroles. Une provocation, rien que ça. Il aimait provoquer ses adversaires, ça les poussait dans leurs derniers retranchements. Puis, en tombant, le membre du gouvernement avait lâché le parapluie avec lequel il s’appuyait au sol. C’est pourquoi Jones en profita pour le ramasser juste après avoir fini sa phrase. C’était de la provocation pure et simple. C’était seulement ça.



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

"Ok ta mer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sephiran
Membre du CP6
avatar

Messages :
173

Feuille de personnage
Doriki: 725
Berry's: 284 500
Réputation/Prime: 0
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Ven 9 Jan - 2:05







“ Chapitre 1 „



Feat. Jon Jones



La méfiance est donc toujours utile dans ce maudit monde. Kagami voyait un coup venir depuis un angle improbable. Heureusement, il put dégainer à temps grâce à son art qui focalise sur la vitesse des mouvements. Utilisant le dos de sa lame, il ne put pas bloquer le coup malgré tout, la distance qu'il a mit entre les deux étant trop petite. Il eut très mal au visage, grâce au fait qu'il reculait un peu, il se prit le coup sur le nez plutôt, reculant du même coup. Il se frotta alors le nez, voyant qu'il saigne et pas qu'un peu. Mais il regagna son sang froid rapidement. Le plus surprenant n'étant pas l'attaque de ce soit-disant "marchand", mais plutôt sa réaction face à la main du jeune agent du CP6.

*Ce type, il n'a pas du tout été intimidé ... soit il est fou, soit il est vachement confiant en ses capacités ... mais à ce point-là ? Non, il ... est probablement fou.*

Contre la folie, Kagami savait exactement comment lutter. Il n'avait pas vraiment le temps d'en réfléchir en profondeur que cet homme tenta de lui saisir un membre d'une autre direction, une autre technique improbable ! Cela perturbait Kagami qu'un individu utilise un style qui semble totalement déjanté. Cet adversaire était-il fou ? Non, Kagami comprenait qu'il y avait une certaine logique dans les mouvements de son adversaire, même s'il ne la comprenait pas. Il se dégagea rapidement avant de reculer de quelques pas très rapides pour mettre une distance de 5 mètres entre les deux. Il lui fallait trouver un plan très rapidement, s'il ne voulait pas se faire avoir, car il sentait que le second coup serait très dévastateur.  

*Il n'est surement pas fou, en vu de la complexité des techniques qu'il vient de montrer, mais ... c'est de la folie de l'affronter en pensant pouvoir en finir rapidement.*




Il se mit alors à glisser son épée contre le sol, déposant son parapluie à terre et préparant ses jambes qui ont presque récupéré de ce coup de Soru trop soudain. Il prend alors sa lame et la frotta contre le sol d'un coup encore plus sec et l'entoura de flammes vermillon. Il s'avança alors tranquillement, avançant tranquillement, étant plutôt concentré. Il leva alors son second bras en direction du marchand avant de lui envoyer un Rankyaku en diagonale, du haut-droite à bas-gauche, directement dessus.

*Si s'approcher est trop dangereux, je peux toujours tenter de l'intimider avec ces flammes et attaquer à distance.*




Suite à cette attaque, il se mit à courir rapidement autour de sa cible tout en gardant une certaine distance et en faisant des feintes de coups avec son sabre en feu afin de voir s'il va réellement analyser ses coups et comprendre que Kagami resterait à distance. Alors que le combat pouvait enfin commencer pour de vrai, le jeune agent entendit un autre bruit plus loin, il se dit au départ que cela devait être ses deux acolytes sur le petit bateau qui auraient eut des ennuis. Il baissa alors un peu son arbre et éteignit le feu dessus.

"Tu as des amis en plus ? C'est ... problématique, je dois l'avouer."












_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
À vos marques, Prêts ? Partez !







La course est serrée !


Dernière édition par Kagami Sephiran le Ven 9 Jan - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Ven 9 Jan - 3:27
S’il était doté d’audition, la seule chose qu’Hannibal aurait pu entendre à ce moment précis eut été le vrombissement de l’écume se fracassant contre la coque de cette ridicule embarcation qu’était la sienne, ou plutôt la leur. Émergeant d’un sommeil précaire puisque ridiculement court à l’accoutumée, le sabreur prit le temps d’ouvrir ses paupières et monta sur ce qui servait de pont à la barje vétuste. Il ricana sans son à l’idée du parcours qu’avait fait ce bout de bois au cours des derniers mois puis extirpa de ses deux canines gauche une cigarette de son paquet froissé. Il cohabitait dans cette bicoque de fortune avec son camarade et capitaine mais tout portait à croire qu’il lui avait épargné sa présence. Enfilant une chemise traînant non loin sur son torse nu, ses yeux se posèrent sur sa seule propriété, Shūsui. Il n’avait appris son nom que tardivement auprès de Yamamoto, connu sous le sobriquet de Déshonoré, ce dernier lui ayant expliqué que cette lame venait de son pays natal. Le vieil homme avait d’ailleurs voulut lui confisquer mais le Capitaine Corsaire abandonna en voyant qu’il serait forcé de tuer le membre de son équipage. Cette époque datait mais il y cogitait souvent, parmi un kaléidoscope d’autres réminiscences.

Attrapant la garde de son arme pour l’accrocher autour de sa taille après avoir passé un futal, il monta s’exposer à la lumière de l’astre solaire, ayant déjà dépassé son zénith.  C’était une journée somme toute bien ennuyante, puisque l’archéologue qui lui servait de frère d’arme se montra intéressé dans la visite de l’île ayant subi le tristement célèbre Buster Call. Très peu alerté quant au genre de science qu’était les ponéglyphes,  il faisait confiance à Feng pour trouver très vite de l’action, même au sein d’une île déserte. Sautant sur le rivage d’une plage d’un brunâtre nacré, il lui fallut quelques mètres pour se trouver près de vieilles habitations. L’odeur régnant en ces lieux était assez dérangeante pour un fin odorat comme le sien mais il ignora ce facteur pour se concentrer à scruter les parages, allumant la cigarette dans sa bouche en même temps qu’il s’approchait des ruines d’une des capitales du savoir. Avant d’arriver à ce qui semblait une ville dans ses temps glorieux, quelque chose attira son attention. Des traces de pas probablement fraîches qui elles ne partaient pas de son bateau.

Suivre la piste ou remonter au foyer ? Son temps dans les mercenaires l’avait forgé à toujours éteindre le brasier avant les étincelles qu’il provoque et c'est ce que Phantøm décida de faire. Après tout si l’homme débarquant de la plage venait à rencontrer Feng, il n’avait aucun doute sur la capacité du Damné à lui régler son compte.

Arrivant enfin à la source de la piste, le trappeur abrité par un buisson de verdure, ses yeux noirs corbeau se posèrent avec stupéfaction sur un navire de la marine plutôt petit gardé par deux hommes qui présentaient comme les plus lambda du monde. Qu’est-ce que deux hommes pareils faisaient sur un site protégé du Gouvernement ? S’il avait été capable d’entendre leur réponse sans passer par tout un méchoui d’incompréhension le pirate aurait sans doute demandé. Manquant du sens apte à les écouter, il choisit donc la façon la plus rapide et attractive, se diriger vers eux les mains dans les poches, le tabac pendu à ses lèvres devenu cendre.

Une fois à portée de voix, il continua de grimper les marches pour arriver près d’eux tandis qu’ils lui sommaient de reculer, un pistolet braqué sur son visage. Ne prenant même pas la peine de lire sur leurs lèvres, il s’approcha assez en feignant l’ignorance puis frappa le cul de son fourreau d’un couteau de talon, la garde de Shūsui venant s’écraser contre le nez du conscrit pendant que sa lame chantait ses premières notes contre son poignet, son arme tombant contre le bois. Pour Hannibal, le calme était absolu, et c’est d’un coup de semelle au milieu du torse de l’autre homme en uniforme qu’il le fit tomber par-dessus bord non pas sans que sa nuque heurte violement la balustrade. Débarrassé de ces deux mouettes piaillardes, l’escrimeur fit le tour du propriétaire rapidement griffonna dans son carnet quelques notes brouillonnes. Une fois qu’il eut acquit les informations nécessaires, il s’affaira à la tâche.  

~~~

Toujours emmuré dans un silence ininterrompu quelques dizaines de minutes après cette petite querelle et l’affaire qui suivit, le Yaken cheminait, conscient de son environnement. Bien qu’il ne puisse sentir aucune ‘piste’ à cause la morbidité ambiante des lieux, un autre de ses sens se porta garant de son intérêt une fois revenu au point initial, et pour cause. Encore trop loin pour définir ce qui se passait, il discernait néanmoins deux points noirs sur un tableau blanc, visiblement déjà à moitié peint. Perspicace, sa démarche devint celle d’un félidé sauvage après sa proie et bien qu’il ne puisse pas s’entendre, il se fit silencieux comme une brise dans la tempête.

Avançant toujours vers ce qui semblait être les premières formes de vies rencontrées sur Ohara, les murs des bâtisses couvrirent son expédition, son agilité n’ayant de d’égal que sa vue qui percevait maintenant clairement deux hommes qui semblèrent plus jeunes que lui. L’index de sa main gauche tapotait le haut de la garde de son sabre au fourreau ébène tandis qu’il rejoignait bientôt un point d’observation convenable, accroupi sur le toit et abrité par un vis-à-vis sans pour autant trop se masquer, même si le trouver dans ce dédale de tuile s’avérait ardu.

* Qu’est-ce qu’un agent du gouvernement et ce qui ressemble à ce gars-là foute sur une île déserte ? Et faut qu’Burning soit manquant quand il s’passe quelque chose d’intéressant.. *

Effectivement, ce qui lui parut une discussion envenimé se transforma vite en rixe. L’homme le plus petit venait soudainement de se rapprocher de l’interlocuteur à la peau foncée à l’aide d’un mouvement que la distance empêchait d’examiner. Sa curiosité piqué au vif, il sauta d’un bond sur un toit voisin sans prendre la peine de se faire discret. L’un d’eux venait d’enflammer ce qui semblait une épée, preuve que le sérieux était de mise et qu’il lui fournirait un écran de fumée. D’un saut calculé, il se rapprocha encore, jusqu’à pouvoir apercevoir leur danse pittoresque d’assez près pour discerner leurs visages. Il joignit alors ses efforts pour atterrir entre eux tandis que le membre du gouvernement tournait frénétiquement autour du basané. Prenant réception sur la paume de ses deux mains, l’une d’elle tenant son arme fétiche, ses avant-bras se fléchirent et il tendit ses jambes contre le buste de chacun des individus, commençant avec la force acquise un bond pour se redresser, Eau d’Automne sifflant une mélodie sourde en tournant en même temps que son propriétaire. Les blessures qu’il avait infligées, Phantøm n’en avait que faire, le plus important étant d’attirer leur attention et d’interrompre cet échange puéril. Tout au plus des coupures légères destinées à titiller les deux esprits échauffés. Brillante par la réverbération du soleil, le carmin disposé sur la lame lui arracha un plissement de lèvres satisfait.

Vous comprendre moi, les primates ?

Ayant utilisé le langage des signes d’une seule main et voyant qu’il n’était visiblement pas compris, il haussa les épaules après avoir alterné sa vue sur les deux profils.

Comme épuisé par tant d’effort, une mine blasée s’afficha sur son minois de presque-trentenaire puis il fit signe de son index et majeur collés l’un autre aux deux zigotos de le suivre, prenant une voie totalement différente de celle par laquelle il était arrivé à une vitesse étonnante. Si le boss avait reçu le message, les choses seraient comme elles le devaient et tout ceci déboucherait sur une situation intéressante. Sans attendre son reste, il envoya un coup rapide sans grande motivation à blesser vers le sabreur, fit valser l’acier vers le combattant martial –il déduisit ceci par la forme singulière de sa musculature, commune à cette communauté fermée- et reprit un peu d’élan avant de faire voler quelques tuiles par un atterrissage hasardeux. Le petit homme savait pour sûr se déplacer à une vitesse sidérante, mais dans un terrain si sinueux il ne serait pas facile de l’atteindre.

Courant tout droit vers la plage, il espérait avoir acquis l'intérêt de son tout nouvel auditoire, un sourire agrémentant sa pseudo-fuite vers les fonds marins.



Dernière édition par Hannibal D. Phantøm le Ven 9 Jan - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Jon "Bones" Jones
Bones
avatar

Messages :
29
Localisation :
Blues
Fruit du démon :
Tori Tori no Mi - Version Phoenix
Grade / Métier :
Musicien

Feuille de personnage
Doriki: 705
Berry's: 55 000
Réputation/Prime: 1 200 000
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Ven 9 Jan - 19:01
Seul ? Oui, il l’était et pourtant. Le combat faisait rage entre les deux hommes. Enfin, il venait seulement de commencer et pourtant, il était déjà terminé. L’homme en face de Jones était doté d’une vitesse incroyable et d’une réactivité hors du commun. Il ne put pas esquiver le coup de coude car la distance entre les deux hommes n’était pas assez conséquente pour, mais le Takedown tenté par l’assassin par la suite fut complétement esquivé. Au moment où il allait prendre ses jambes, ce dernier recula d’un coup pour prendre de la distance. Le sourire carnassier sur le coin des lèvres, celui qui se faisait appeler « Bones » n’en démord pas pour autant et continua de sourire. Il se releva directement et se mit droit avant de mettre ses deux mains dans ses poches. Intéressant ce combat, il allait s’amuser pour une fois qu’il avait quelqu’un de fort en face de lui. Enfin, c’est ce qu’il croyait puisque ce combat allait se finir prématurément. A qui la faute ? Au gars louche qui intervenu alors que son adversaire du jour faisait joujou avec le feu. Malgré ça, Jon ne bougea pas. Il se prit un chasser dans le buste qui le fit reculer de quelques pas et de petites égratignures, mais rien de bien méchant. Des égratignures qui se refermèrent en quelques secondes au vu de leurs profondeurs. S’il avait été blessé critiquement, il lui aurait fallu du temps pour se remettre sur pied. Là, ce n’était que quelque coupure non profonde et donc, même s’il ne maitrisait pas son fruit complétement, se soignait automatiquement et rapidement. C’est ainsi que ses blessures se recouvrèrent de flammes d’un bleu azurés avant de se refermer d’elle-même. Le pouvoir du Phoenix vient encore de frapper. Le Phoenix renait toujours de ses cendres après tout et c’était l’endroit idéal pour le prouver.

Puis s’en suivit une scène assez bizarre. Il bougeait dans tous les sens … Bizarre pour un homme qui avait une si grande puissance dans son coup de pied que de danser la macarena en plein milieu d’une île comme celle-ci. C’est ainsi que le nouveau venu s’en alla dans l’autre directement juste après. Jones ne perdit pas une seconde et s’en alla dans la même direction que lui. Son coup de pied lui avait plu, il voulait en voir plus. Et surtout, il n’avait pas l’air d’être un gars du gouvernement donc voilà. Entre choisir d’affronter un mec du gouvernement et de rencontrer un autre gars et peut-être l’affronter par la suite, il n’y avait pas photo. C’est pourquoi sans dire un mot, il s’élança dans la même direction de l’autre. En plus il avait l’air sourd, car il avait fait quelque signe ressemblant au langage des signes. Affronter un sourd … Jones se demandait s’il savait qu’il était poursuivi puisqu’il ne pouvait pas entendre le bruit des pas derrière lui. Enfin bref, c’est une question tellement conne et intelligente à la fois. C’est ainsi que les deux hommes disparurent à la vue du troisième, encore sous le choc. De toute manière, le membre du gouvernement était seul et ils étaient deux. Même si Jones ne connaissait pas encore celui qui venait de l’attaquer, il savait qu’il n’était pas du gouvernement et seulement ça, ça lui suffisait. Il lui courut donc après pendant plusieurs minutes. S’engouffrant dans la foret alentour jusqu’à apercevoir une plage au loin. Celui qui se faisait aujourd’hui appeler « Bones » espérait qu’il ne partirait pas à la nage car son fruit ne lui permettrait pas de le suivre après ça. Il s’arrêta net au loin avant de grimper dans un arbre. Une action que Jones n’avait pas comprise d’ailleurs. L’ancien assassin s’arrêta lui aussi et se mit de sorte à ce que l’homme en face de lui le voit avant de crier quelques mots dans sa direction.

    ▬ « Bon, tu m’expliques ? C’est pas gentil de frapper et de partir en courant. »

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

"Ok ta mer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sephiran
Membre du CP6
avatar

Messages :
173

Feuille de personnage
Doriki: 725
Berry's: 284 500
Réputation/Prime: 0
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Ven 9 Jan - 23:06







“ Chapitre 1 „



Feat. Jon Jones



C'était si soudain. L'attaque de Kagami n'avait même pas eut le temps d'être préparé qu'il se fit interrompre par un homme encore plus étrange. Un coup de pied puis un coup de sabre se dirigèrent vers Kagami, coups qu'il bloqua en mettant simplement sa lame devant lui. Cependant, Kagami reconnut facilement l'épée Meitou que cet homme portait. Il s'agit d'une des 21 lames de qualité très supérieur dont Kagami avait entendu parler. Cette lame est l'un des trésors du pays des Wa. Il ne se sentait pas spécialement tant que ça attaché à ce pays, mais la vue de cette lame l'intéressa particulièrement. Le jeune agent se recula alors de quelques pas avant d'éteindre son Hitsurugi.

*Comment cet homme a-t-il eut cette lame ? Il doit être plutôt fort également, mais que fait-il ici ? Ils m'ont l'air de mèches tous les deux.*




Suite à cet échange de coups. Il observa son précédent adversaire être blessé également. Des flammes bleues apparurent ensuite sur le corps de celui-ci. Il était de plus en plus impressionné, cet endroit venait de réunir deux individus intéressants au même endroit. Les flammes s'éteignirent peu après, ne laissant que de la peau intact alors qu'il était blessé juste avant. Cet individu avait donc un pouvoir de guérison très rapide et très efficace, en plus de ne pas du tout l'épuiser, il semblerait. La première hypothèse qui vint à l'esprit de Kagami fut que cela soit un utilisateur d'un fruit du démon, c'est aussi ce qui expliquerait pourquoi la main de Kagami ne l'effrayait pas du tout.

*Ça expliquerait tout ... C'est un ennemi que je ne peux pas vaincre pour le moment, mais je suis sûr de me souvenir qu'il y a des pouvoirs capables de terrasser les utilisateurs de fruit du démon, je me renseignerais une fois de retour dans la base du CP6.*




Après tous ses constats, Kagami voyait les deux hommes partir rapidement. Il resta alors sur place, attrapant une petite feuille et s'essuya le nez pour enlever le sang et se moucha ensuite. Il s'étira doucement juste avant d'aller vers le port, quelques minutes plus tard et voir que le bateau n'y étais plus. Il s'assit alors à terre en se grattant la tête.

"Bon, je crois bien que je vais devoir attendre, j'espère que quelqu'un viendra vite me chercher !"












_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
À vos marques, Prêts ? Partez !







La course est serrée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Phantomlørd D. Roki
亡者 バンUndead Ban
avatar

Messages :
162
Localisation :
West Blue.
Fruit du démon :
Non-maudit.
Grade / Métier :
Agent du Cipher Pol.

Feuille de personnage
Doriki: 1161
Berry's: 289 000
Réputation/Prime: 1 500 000
MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !    Sam 10 Jan - 20:07
Rengainée dans son écrin violacé, Eau d’Automne bramait d’exhortation en son for intérieur et Hannibal était clairement capable d’entendre cet appel à la géhenne bien qu’il ne lui laisse pas libre cours. Ses narines ne sentaient plus que le musc de l’homme à la peau foncée à sa poursuite, la fragrance de Kagami s’estompant peu à peu à mesure qu’il parcourut la distance entre lui et son leitmotiv actuel. Toujours pourchassé par l’homme qu’il avait éreinté de la pointe de sa lame, cette dernière nourrissant certainement quelconque rancune pour cause d’amour propre blessé, le sabreur avait noté un fait intéressant auquel il consacra son esprit analytique pendant son trajet. S’il n’avait pas viré dément, ses yeux avaient clairement entrevu les plaies causées par son arme se cicatriser par un phénomène liée à des flammes bleues. Tournant la question dans tous les sens il paraissait apparemment doté d’un fruit du démon dont il n’avait jamais entendu parler, pourtant bien renseigné pendant son séjour chez les Déshonorés. Il avait vu nombre de maudits, et ce pouvoir ressemblait fort à celui d’un Logia bien qu’il n’ait montré qu’une partie des caractéristiques propre à cette catégorie.

Sa curiosité piquée au vif, une part de lui l’incitait à se retourner et couper plus profondément sa chair pour admirer encore une fois le phénomène mais il se retint, soucieux du plan avant son intérêt personnel. Le début d’après-midi promettait l’adrénaline si chère au spadassin et c’est presque joyeusement qu’il atteignit la lisière d’une petite forêt, désormais seul avec Bones. Bien qu’aucun son n’atteigne ses tympans souffreteux, estimer sa position n’était pas difficile et c’est en haut d’un perchoir boisé qu’il choisit de s’arrêter, à quelques centaines de mètres du bateau volé, ancré à l’endroit désigné dans le message laissé à son capitaine.

* Toujours à la hauteur de mes attentes, hein. *

Passant sa main dans la crinière sombre ornant le haut de sa tête en laissant échapper un bâillement, preuve qu’il n’était pas encore très bien réveillé, il put jauger son comparse encore sur la terre ferme. S’il écoutait son instinct –ce qu’il fit et faisait toujours-, Phantøm l’aurait décrit comme un pirate. Qui d’autre aurait attaqué un agent du gouvernement avec si peu de crainte des représailles ? C’était un acte de hors-la-loi, caste dont il était fier de faire partie.

Prenant la précaution d’inspecter une dernière fois s’ils n’avaient pas été suivis, il put constater que son poursuivant tentait vainement de communiquer en criant. Sa phrase se perdit dans les méandres de sa surdité tandis qu’il descendait d’un soubresaut de sa retraite, maintenant à quelques mètres de l’inconnu. Hannibal n’avait pas pris le temps de déchiffrer les animations de ses lèvres mais c’était facile d’imaginer que ce dernier voulait savoir le but de son mouvement précédent. Pièce sur un échiquier plus grand, lui expliquer son rôle dans ceci lui parut extravagant et bien trop fatiguant pour ouvrir la bouche. Il préféra à cela un simple rictus féroce, évocateur de mystère ainsi que de l’animalité dont il était doté. Prédisposé à user d’une certaine violence, trait prépondérant dans son caractère, l’épéiste des Burning était aussi un homme réfléchi et lui sauter à la gorge lui sembla sur le coup une idée séduisante mais ridicule.

Il tenta bien de lui expliquer à l’aide de ses doigts et du si particulier langage propre à sa personne mais en lisant l’incompréhension à son égard sur son visage, il abandonna vite. Il aurait plus tôt fait en lui écrivant un message mais son humeur était propice à l’action, non à la littérature. Il s’arrêta donc de communiquer avec ce qui semblait de l’extraterrestre pour le basané et se contenta d’un mouvement simple, un seul doigt lui intimant de rester là où il était avant de continuer sa course à un rythme raisonnable.

Hannibal était loin d’être bête au point de croire qu’il l’écouterait comme un canidé bien dressé, mais au moins il était prévenu. Arrivé sur la côte sans prendre le temps de se retourner pour vérifier s’il l’avait semé, estimant qu’un combattant de ce nom n’attaquerait pas dans le dos sans sommation, il put apercevoir les deux branques de plus tôt dans leurs uniformes bleu et blanc crapahuter, faisant signe au bateau et ses occupants de revenir vers le rivage. Quand ils aperçurent leur assaillant, les deux hommes eurent l’air de vouloir corriger leur erreur et une balle frôla sa jambe. Son pouce faisant sortir Shûshui de son fourreau, il n’eut le temps de charger que déjà, Bones avait surgi de derrière lui directement à la gorge du tireur, notre second ratant un craquement d’os d’anthologie. Au vue de son mouvement il ne faisait pas dans la dentelle et ne voulant pas faire pâle figure dans l’étalage de brutalité, le Chien sans Maître fit rugir l’alliage métallique dans un mouvement gracieux et millimétré, décollant un bras au buste du second quidam. Sans accorder la moindre importance à son forfait, il essuya le tranchant contre sa victime encore tétanisée de douleur pour ensuite le ranger. Son aide dans ce cas qu’il aurait pu régler seul facilement le convainquit de présenter l’énergumène à Feng, qui lui seul déterminerait l’importance de Bones, même si le porteur du D. présageait qu’il avait le potentiel pour lui plaire. Peut-être un nouveau Nakama, après tout ils en auraient besoin pour parvenir jusqu’à Grand line.

S’il voulait le suivre, il allait devoir traverser l’étendue aqueuse les séparant du navire, chose qu’il savait presque impossible pour lui étant donné sa malédiction apparente. Une fois l’eau aux genoux, il exécuta le même signe de son index pour qu’il approche, ce que l’homme fit sans peur aucune comme si tout cela n’était rien pour lui. Hannibal aurait très bien pu lui tendre un piège et le trancher une fois immergé mais il n’en fit rien et l’aida à arriver jusque là-bas en le tirant par la capuche comme un poids mort.

Une fois au sec, il sourit à son nouvel mais non moins connu interlocuteur, qui lui comprit très bien ce qu’Hannibal exprimait à la vue de ses doigts.

Regarde Feng, j’ai ramené une enclume intéressante avec moi.



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


« Run but you can't hide: white flags
You can pull em out fast and tell me your last goodbye
»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageRe: Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !   
Revenir en haut Aller en bas


 Chapitre 1 : Lorsque le phénix renaît, c'est toujours de ses cendres !Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Falling Skies :: L'aventure commence :: Les Blues :: West Blue :: Ohara-